Définition de ce qu’est un crowdfunding immobilier

Mais le terme « crowdfunding immobilier » prête à confusion. C’est bien souvent ce qui gêne les investisseurs. Avant de commencer à parler des avantages et des techniques à utiliser pour faire un placement dans ce genre de marché, il parait être de bon aloi de revenir sur la définition de ce concept.

  • Crowdfunding 

Très en vogue aux États-Unis, le concept de Crowdfunding commence à peine à se faire un nom en France. Dit plus simplement, il s’agit d’un placement participatif qui vise une meilleure égalité devant les placements divers et variés. En effet, le Crowdfunding ne s’adresse pas à une certaine élite de la société qui dispose de grands fonds d’investissement. Il serait plutôt fait pour les petits investisseurs qui n’ont pas énormément de moyen, mais qui souhaiterait participer à un investissement. Ces derniers sont nombreux à s’engager dans un même bien, ce qui permet de le rentabiliser et de mieux le gérer.

Dans les grandes puissances notamment, le crowdfunding est utilisé comme un levier économique afin de booster certains marchés à la traine. Cette technique s’est avérée payante. Aujourd’hui, les investissements participatifs ont en effet le vent en poupe.

  • Crowsfunding immobilier

Le crowdfunding immobilier revêt les mêmes caractères que le crowdfunding classique. À la différence près que dans ce cas, vous investissez uniquement dans la pierre. C’est après tout une valeur sûre. En France, avec la chute des taux de crédits immobiliers, les placements dans les biens commerciaux, les résidences privés et autres patrimoines ont augmenté, profitant aussi notamment au crowdfunding immobilier.

Dit plus simplement, on pourrait qualifier le crowdfunding immobilier comme une sorte d’investissement en SCPI. Il s’agit de s’engager dans un bien en tant que copropriétaire en achetant une quote-part. Mais attention, il s’agit uniquement ici d’un patrimoine clé en main, et généralement, d’un bien en cours de construction ou du moins un projet de construction immobilière.

Dans ce cas, le promoteur attendra que les investisseurs soient tous réunis avant d’entamer toutes les démarches : demande de permis, création de la fondation de l’immeuble,  etc.

Les avantages du crowdfunding immobilier

Il existe plusieurs avantages au crowdfunding immobilier. Ce qui explique la renommée soudaine de ce placement.

  • Un investissement à petit prix à la portée de tout le monde

En premier lieu, le crowdfunding immobilier est un placement modique. Plus besoin d’avoir une somme importante pour accéder à la propriété d’un bien clé en main. Même les ménages aux revenus modiques peuvent prétendre aux investissements de ce genre. Comme susmentionné, le crowdfunding immobilier vise une égalité devant les systèmes de placement actuel.

Néanmoins, il n’empêche que ce marché attire aussi les élites de la société en quête d’une diversification de leur patrimoine. Mais ceci n’impacte pas sur la valeur du marché.

En moyenne, la mise initiale est de 1 000 à 5 000 euros par investisseurs par an. Tout dépend du marché et de la possibilité de chacun, mais aussi des conditions de souscription imposées par les sociétés de placement.

  • Un rendement optimal

Le crowdfunding immobilier proposerait un rendement de 7 % brut annuel environ. Tout dépend notamment du bien et de la société de placement. Nous vous donnerons quelques techniques pour vous garantir une réussite optimale dans vos placements un peu plus bas.

Attention cependant, le crowdfunding immobilier est un investissement sur le long terme. Il semble important de le souligner. En effet, les investissements initiaux ne vous reviennent qu’au bout de 5 ans environ.

  • Un placement mutualisé

À l’instar des SCPI, les placements dans le crowdfunding immobilier sont mutualisés. C’est le cas d’abord parce que vous ne mettez que quelques centaines d’euros dans une quote-part. Mais le fait de s’engager à plusieurs sur un même bien minimise également les risques.

En outre, si vous comptez sur un prêt bancaire pour financer votre placement dans le crowdfunding immobilier, sachez que ce dernier sera assuré. En ce sens, si l’investissement tombe à l’eau par la faute du promoteur, le prêt sera automatiquement annulé.

  • Un marché tendance

Enfin, le crowdfunding immobilier est un marché tendance. En 2017, il faisait tourner 90 millions d’euros, soit une croissance optimale par rapport à l’année précédente. Et la tendance se poursuit. On s’attend même à une augmentation jusqu’à 130 millions d’euros pour cette année.

Comme le disent si bien les conseillers en investissement, il faut suivre la tendance du marché si on souhaite minimiser les risques du placement. Actuellement, il se penche vers le crowdfunding immobilier.

Comment investir dans le crowdfunding immobilier ?

Mais comment investir dans le crowdfunding immobilier ? Là est la question. En effet, si certains ont déjà pris de l’avance dans les techniques de placement, pour d’autres ce marché reste assez flou. Afin de permettre un réel équilibre des possibilités d’investissement, voici quelques détails à souligner.

  • Un prêt bancaire assuré

Quand bien même vous n’auriez pas à investir des milliers, voire des millions d’euros dans le crowdfunding immobilier, vous n’avez pas forcément les fonds nécessaires pour faire un investissement participatif. Mais heureusement, pour la mise initiale, vous pouvez toujours compter sur le prêt bancaire.

Le crédit immobilier est un crédit affecté à n’importe quel genre de placement dans la pierre, le crowdfunding immobilier y compris. Bien évidemment, il ne faut pas se lancer à l’aveugle dans la souscription de ce type de prestataire bancaire. Selon le guide du prêt immobilier, il y a plusieurs détails à prendre en compte afin de garantir la réussite de votre demande de crédit à moindre coût. Entre autres, il faut simuler et comparer les offres en plus de proposer une assurance de qualité aux banques.

Généralement, on se tourne vers les banques en ligne. Non seulement leur prestation est facile d’accès, mais elle est également plus modique. Le TAEG des prêts immobiliers en ligne est réduit grâce à l’absence de frais de souscription et de gestion de dossier ainsi qu’à des pénalités revues à la baisse.

Mais attention, que ce soit en ligne ou dans les établissements physiques, vous allez devoir présenter des justificatifs aux banques pour prétendre à ce genre de crédit. Ici, il s’agit d’un engagement ou d’un devis venant de la société de placement en crowdfunding immobilier.

Faire appel à un courtier peut être une bonne chose. Le courtier ne vous aide pas seulement à négocier les taux. Il peut également impacter sur la décision des banques à vous accorder ou non un crédit. En effet, tout dépend de la qualité de votre profil : assurance crédit, taux d’endettement, revenu, etc.

Plus vous présentez les critères d’un bon payeur, plus vous aurez des chances d’obtenir rapidement un crédit. Mais attention, malgré une assurance de qualité et des cautions solvables, vous devez patienter 14 jours avant la livraison des fonds.

Les règles de la nouvelle loi sur la consommation obligent. C’est ce qu’on appelle notamment « délai de rétractation ». Depuis 2005, afin de garantir la sécurité des emprunteurs face aux surendettements, les banques ne peuvent plus éluder cette étape.

  • Un investissement en ligne via une SAS

On parle depuis le début d’une « société de placement en crowdfunding immobilier ». Et pour cause, à l’instar des SCPI et des investissements en bourse, vous devez faire appel à un professionnel pour jouer les intermédiaires entre vous et les promoteurs immobiliers.

Pour le crowdfunding immobilier, on vous conseille les SAS ou Société Anonyme Simplifiée. Ces dernières sont des experts en la matière et propose des accompagnements personnalisés, simples et sûrs à leur client. Les SAS limitent les pertes pour les investisseurs, en tout cas, s’il y a faillite du marché.

Ces SAS sont notamment disponibles en ligne. La digitalisation a également profité à ce genre d’entreprise.  En quelques clics, vous aurez fini de faire vos placements dans le crowdfunding immobilier. Attention simplement à choisir le prestataire le plus influant du marché, celui qui profite d’une bonne réputation et celui qui propose un large panel de bien ou vous pouvez investir.

Comment minimiser les risques du crowdfunfding immobilier ?

Toutefois, dire que le crowdfunding immobilier est un investissement parfait serait vous induire en erreur. En effet, il y a tout de même des risques de faillite. On vous met surtout en garde contre les faillites imprévues des artisans, le manque de liquidité des promoteurs, les difficultés administratives en tout genre, qui pourrait repousser les délais de construction du bien et vous exposez à certaines difficultés financières.

Néanmoins, il existe quelques astuces pour minimiser ces risques. Le point.

  • Choisir à bon escient sa plateforme d’investissement

En premier lieu, vous devez choisir à bon escient votre placement. À l’instar des forex dans le trading, les sociétés de placement crowdfunding immobilier se déclinent en plusieurs sortes actuellement. Il ne faut pas sauter à pieds joints dans n’importe quelle proposition.

Bien évidemment, vous allez devoir vous fier à votre instinct pour faire votre choix. Mais ce sera loin d’être suffisant. Il faut aussi faire quelques recherches, notamment en ce qui concerne la réputation des SAS. Les forums de discussions en tout genre peuvent vous aider en ce sens.

En outre, de préférence, opter pour une SAS avec plusieurs années de métier dans le crowdfunding immobilier.

  • Trouver le bon marché où investir

Outre les indications des courtiers en crowdfunding immobilier, vous pouvez aussi choisir votre marché en suivant les tendances du moment. Biens commerciaux, résidences privatives, immeubles en location, locaux commerciaux ou bureaux en tout genre : le parc immobilier des sociétés de placements propose souvent un large panel de bien.

Le bon choix à faire dépend de votre région. En France, les tendances varient d’un département à un autre. Dans la capitale notamment, et dans certaines grandes villes, les biens commerciaux ont plus le vent en poupe, poussé par une prolifération de l’auto entreprenariat.

Comme pour les placements en SCPI, si vous comptez acheter des locaux professionnels et des bureaux, l’emplacement est d’une importance cruciale. Cela permettra en effet de minimiser les risques de vacances locatives.

Mais attention, il ne faut pas confondre le crowdfunding immobilier avec les placements en SCPI. En ce qui concerne le crowdfunding, chaque copropriétaire sera responsable de sa quote-part et pourra l’exploiter comme bon lui semble. Ce n’est donc pas obligatoire d’avoir une même location pour tout l’immeuble. Un côté pratique qui en a d’ailleurs convaincu plus d’un.

  • Bien s’informer avant d’investir

Avant de vous lancer dans le crowdfunding immobilier, il faut bien vous informer. On ne parle pas uniquement des recherches que vous allez devoir faire sur les sociétés de placement. Il est aussi question des recherches que vous devez faire sur les biens que vous allez acheter : faisabilité du projet, rentabilité de ce dernier, professionnalisme et réputation du promoteur, les assurances disponibles, etc.

On vous conseille également de bien lire les conditions de souscription imposées par les plateformes de crowdfunding immobilier : rendement possible, durée du placement, frais de souscription, etc. Cela vous évitera les mauvaises surprises en cours de route.

Vous pouvez aussi consulter nos derniers articles sur  » La rentrée des investisseurs une nouvelle fois marquée par la SCPI  » et  » Connaissez-vous la vente en réméré ? « .

Publicités