Le marché de l’immobilier est plus en vogue que jamais. Il faut dire qu’avec la chute des taux concernant le crédit immobilier, les particuliers sont nombreux à vouloir se lancer dans la recherche de leur bien idéal. ça concerne aussi bien les personnes qui accèdent pour la première fois à la propriété ou ceux qui souhaitent profiter d’une résidence secondaire, voire se lancer dans un investissement locatif.

Bien ancien, nouvelle construction, emplacement et divers détails doivent être pris en compte pendant la recherche de son futur placement. Il en va notamment de la rentabilité de ce dernier. Et quand bien même les transactions entre particuliers seraient simples et efficaces, il n’y a rien de tel que de faire intervenir un courtier dans la transaction pour en simplifier les démarches et en assurer la réussite.

Aujourd’hui, la profession de courtier en immobilier est une valeur sûre. C’est un secteur qui recrute et qui offre plusieurs possibilités de carrières.

Voici quelques essentiels à savoir sur ce métier.

Des conditions différentes pour accéder à chaque profession

Il existe bien évidemment des conditions à respecter pour pouvoir intégrer n’importe quelle profession dans l’immobilier. On parle ici d’obligation légale.

  • Une assurance RC pro

Pour chaque prestataire, peu importe l’intitulé et le domaine d’intervention ainsi que la limite de zone où ils exercent leur métier, la souscription à une assurance RC pro est obligatoire. Forte heureusement, trouver un prestataire en la matière n’est pas difficile. Il existe même des comparatifs disponibles sur internet afin d’accélérer les choses.

Cette assurance couvre les vices de procédures et le règlement des différents conflits entre les prestataires et les clients. Bien sûr, il y a des normes à respecter pour faire jouer la couverture. Ces derniers sont notés dans le contrat en lui-même.

  • Une carte pro

Après la souscription à une assurance RC pro et une demande d’enregistrement auprès des autorités compétences, vous obtiendrez une carte professionnelle. C’est un must pour exercer en tant que courtier immobilier.

La carte pro ne marque pas seulement l’authenticité de votre activité. Elle rassure également les clients qui seront plus à même de vous confier ainsi leur projet d’investissement.

  • Une garantie financière agent immobilier pour certains

 Pour les gestionnaires de bien, il existe une autre assurance à souscrire avant de pouvoir exercer. Il s’agit notamment de la garantie financière d’agent immobilier. C’est la garantie qui couvre les pertes en cas de mauvais investissements ou pour toute autre raison que ce soit.

À titre de rappel, le gestionnaire de bien est celui qui garde en main une somme autre que sa commission pour le nom de son client. La garantie financière tend à couvrir la perte de cette dernière.

Des rôles qui s’avèrent pourtant être les mêmes, du moins, en certains points

On a tendance à croire que le rôle des différents types de courtier dans l’immobilier est le même. Et à certains niveaux, on a raison. Néanmoins, un peu plus d’explications sur la chose ne seraient pas de refus.

  • Proposer des biens à ses clients

En premier lieu, un courtier immobilier a pour objectif de proposer des biens à ses clients. C’est notamment en ce point que l’on constate la valeur humaine de ce métier. Il ne s’agit pas simplement de vendre. Il faut aussi trouver la maison idéale pour chaque famille.

Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour ce faire : visite virtuelle en 3D, essai de bien, visite classique, etc. A chacun ses méthodes pour se tailler une plus grande part du marché surement et simplement.

  • Se lancer dans les différents diagnostics

En second lieu, le courtier immobilier est aussi celui qui se chargera des différents diagnostics à faire sur le bien. Avant chaque vente, voire d’ailleurs de nos jours, chaque mise en location, une évaluation du bien immobilier est de mise. On engage des experts pour ce faire.

À titre de rappel, on appel un diagnostic immobilier, une évaluation de sa performance énergétique, mais pas que. C’est aussi une étude de la qualité et de la robustesse de la structure. On cherche en ce sens des traces d’amiante, de plomb, de métaux lourds, de gaz, ect…

Afin de proposer un rapport objectif et correspondant aux normes en vigueur, les experts en diagnostics utilisent un matériel spécifique. Les courtiers dans l’immobilier ont d’ores et déjà leurs collaborateurs fixes pour ce genre de service. De quoi réduire le temps de préparation d’une transaction de vente ou de location.

  • Se charger des démarches administratives et notariées

En outre, le courtier immobilier se charge aussi des démarches administratives et notariées. Encore une fois, le but est ici de simplifier les choses pour les acheteurs. Et d’ailleurs, il travaille généralement avec des notaires de confiance, ce qui tend à accélérer les choses.

Néanmoins, il faut tout de même souligner que les frais de notaires ne sont pas à la charge du courtier immobilier. C’est à l’acheteur qu’incombera le règlement de ses 8%.

  • Essayer un bien avant d’acheter : une prestation propre aux mandataires immobiliers

Plusieurs détails ont participé à cette reprise fulgurante de leur métier. Parmi ces derniers, on note bien évidemment la personnalisation de leur prestation.

Dans le but de vous permettre de vous faire une idée sur un bien précis et de vous aider à vous décider, les mandataires ont trouvé la parade : l’essai de bien.

Le principe est simple : permettre au client de vivre une nuit dans la maison pour se projeter plus facilement. On ne parle plus d’une simple visite, mais d’une véritable astuce marketing.

Quelques traits caractéristiques d’un bon courtier immobilier

Le marché de l’immobilier est depuis toujours une valeur sûre. Si bien que de plus en plus de courtiers immobiliers font leur apparition. Vous devez vous distinguer des autres si vous avez envie de réussir dans ce domaine. Voici notamment, les quelques traits caractéristiques d’un bon courtier immobilier.

  • Le sens de l’écoute

 En amont, vous devez avoir le sens de l’écoute. Derrière, l’envie d’investir dans une propriété immobilière se cache notamment un besoin intrinsèque qui est de profiter d’un maximum de confort.

Pour répondre à ce dernier, vous devez étudier tous les critères imposés par le client : délais de recherche, budget, taille, nombre de pièces, etc. Outre d’écouter, vous devez poser des questions pour être sûr de convaincre plus facilement votre client. Il ne faut pas uniquement se fier à votre connaissance du marché et à vos années d’expérience.

  • Une transparence dans l’exécution de la prestation

Par ailleurs, vous devez savoir que les clients sont aujourd’hui de véritable férus de transparence. Il faut dire que la nouvelle loi sur la consommation nous a habitué à cela. Il ne suffit donc pas de présenter un devis. Il est important de pouvoir expliquer chaque dépense.

En outre, même si votre but est de conclure une transaction, être honnête par rapport aux qualités réelles du bien est de mise. Cela vous éviter les conflits. Aucun bien ne saurait être parfait.

Les lacunes peuvent être dans l’environnement, dans le quartier ou dans la structure même du bien. S’il y a des travaux à faire, notez-les pendant la visite et donnez une approximation des dépenses. Ce sera aux clients de décider s’ils souhaitent tout de même investir ou non.

La transparence ne vous sert pas uniquement à vendre. Ce sera aussi la base de votre bonne réputation sur le marché. Dans ce domaine plus qu’ailleurs, le bouche-à-oreille est un allié à ne pas minimiser.

  • La patience : un idéal pour les chasseurs de bien

Pour les chasseurs d’appartements et de maisons, la patience est un allié incontestable. En effet, bien souvent, malgré les limites de délais qu’ils imposent, les clients prennent du temps à se décider. Il est rare de conclure une vente ou une location après une visite. Il faut en moyenne en proposer 3 pour satisfaire un client. Ce peut être plus selon l’exigence de votre client.

Comme un chasseur d’appartements peut couvrir un grand territoire rapidement, il doit aussi être minutieux et organisé. Et bien évidemment, avoir un long carnet d’adresses.

  • Le sens commercial

Et enfin, vous devez aussi avoir le sens commercial. Après tout, votre travail est de réussir à vendre un bien. Vous devez donc savoir vanter et mettre en avant les points positifs du bien que vous proposez, en insistant sur les besoins de votre client, sans pour autant mettre de côté les points négatifs.

Pour information, il existe des formations pour apprendre les bases des différentes techniques commerciales de nos jours. Ce peut être une bonne chose pour votre carrière d’y participer. Vous y apprendrez les mots pour convaincre et les différentes approches.

Vous pouvez aussi consulter nos deux derniers articles sur  » Comment choisir au mieux une assurance habitation ?  » et  » Loyers impayés que faire ? « .

Publicités