Les sites qui peuvent vous aider lors d’un projet d’achat immobilier

Trouver un bien immobilier

Tout dépend ce que vous souhaitez ! Si vous ne voulez pas payer de frais liés aux agences immobilières, vous pouvez vous diriger vers des sites comme LeBoncoin ou encore SeLoger qui propose une multitude de logements.

Réaliser un diagnostique

Preventimmo vous propose des diagnostiques pour vous renseigner sur un éventuel risque minier, naturel et technologique (ERNMT) ou encore l’état des risques de pollution de sols (ERPS).

AlloDiagnostic réalise votre diagnostique immobilier obligatoire pour votre habitation soit pour la location ou pour la vente : dpe (diagnostic de performance énergétique), amiante, plomb, électricité, gaz, Loi Carrez, Loi Boutin et ERNMT (Etat des Risques Naturels, Miniers et Technologiques).

 Préparer votre emménagement

Kozikaza vous permet de tracer le plan 2D de votre maison et de l’aménager en 3D, d’associer couleurs et matières pour définir un style unique pour vos pièces. Tester des couleurs de peinture sur vos photos avant de peindre grâce à un simulateur de peinture et vous pouvez même obtenir jusqu’à 5 devis d’artisans de votre région.

Sketchup est un logiciel de modélisation en 3D. Il vous permet de dessiner des lignes et des formes mais aussi pousser et tirer des surfaces pour les transformer en formes 3D.

Trouver un professionnel pour faire des travaux

 Houzz vous met en relation avec les artisans que vous avez besoin pour réaliser votre projet que ça soit un architecte d’intérieur ou bien un paysagiste. Vous pouvez également découvrir leurs différents produits qui viendront décorer votre intérieur comme une commode, un meuble TV ou encore un plafonnier.

Déménager l’esprit tranquille

 Move24 est un site internet qui met tout en œuvre pour que vous puissiez profiter du moment. Move24 prend en charge tous les aspects de votre déménagement de A à Z grâce à des outils efficaces et des solutions à la pointe de la technologie. Les voyages à vide sont évités grâce à l’optimisation de la planification des routes et une technologie intelligente, ce qui veut dire que Move24 peut offrir jusqu’à 70 pourcent d’économie.

Zoom sur les prix de l’immobilier sur Nantes

Pourquoi Nantes ?

Commune de l’ouest de la France, Nantes attire de plus en plus d’habitants désireux de connaitre sa culture, sa créativité et son dynamisme. C’est donc sans surprise qu’elle fut élue ville la plus agréable d’Europe en 2004 !

Voilà un cadre de vie qui séduit de nombreuses personnes ayant pour projet de trouver un logement permettant d’avoir une qualité de vie relativement correcte. Nantes connait aujourd’hui une très forte croissance démographique, en effet plus de 290 000 habitants profitent de son économie florissante et de ses nombreux projets urbains.

Qu’en est-il des prix immobiliers ?

Le prix moyen du m² est estimé à 2 650€, cependant le prix diffère selon les quartiers. En effet le prix du mètre carré oscille entre 1 800€ sur la rive sud de la Loire, et 2 800€ dans le triangle Monselet-Procé-Camus. De plus, le centre-ville est souvent sollicité pour l’achat de biens immobiliers, et le prix au m² est le plus cher dans cette zone puisqu’il s’élève à 6 070€. Des rues biens connues au cœur de Nantes comme la rue Henry IV, allée Duquesne ou le cours Saint-Pierre affichent des prix immobiliers réservés à une certaine catégorie de primo-accédants.

On consultant le site officiel de la ville www.nantes.fr un site spécialisé dans les prix immobilier nantais tel que Consortium Immobilier nous pouvons analyser rapidement quelques quartiers de la ville.

Les quartiers les plus populaires se situent au sud de la Loire ainsi qu’à l’ouest (Chantenay, Doulon, la Boissière…) tandis que des quartiers plus « bourgeois » tels que Canclaux ou Mellinet attirent de plus en plus de monde. Ainsi si vous recherchez un coin où les prix ne sont pas trop élevés, nous pouvons citer les quartiers suivants : Doulon avec une moyenne à 1500€/m², Chantenay 1380€/m² et Sainte-Anne 1400€/m².

Il parait important de noter que le prix de l’immobilier varie également en fonction de la proximité des transports en commun. C’est un facteur déterminant et on s’en doute : plus on est près d’une ligne de bus ou de tramway, et plus les prix explosent.

L’évolution du marché immobilier …

Certains notaires n’ont pas peur de l’avenir en ce qui concerne l’immobilier Nantais, et l’anticipent de façon sereine. La tendance est stable et grâce à sa grande attractivité, la demande en matière d’immobilier se maintient, et tend même à augmenter encore. La progression démographique actuelle et le nombre d’emplois créés relativement satisfaisant, sont autant de raisons d’acquérir un bien immobilier à Nantes.

Zoom sur l’immobilier en Charente-Maritime

Couple de trentenaires avec enfants, jeunes retraités ou candidat à un changement de vie professionnelle, vous avez décidé de quitter la capitale ou une grande agglomération pour trouver une meilleure qualité de vie et vous avez été séduit par le département de Charente Maritime pour y construire  la maison qui va accompagner votre nouvelle vie ; à juste titre car avec sa situation idéale en bord de mer, à moins de 3h de Paris, Bordeaux et Nantes, ce département dynamique est plébiscité pour son cadre de vie, son climat et la richesse de son tissu économique.

Pour accompagner votre recherche de terrain à vendre en Charente Maritime, voici quelques conseils pour mieux vous repérer dans les offres et annonces des sites immobiliers.

En lotissement ou en isolé, décoder les termes techniques pour faire le choix qui convient le mieux à votre projet et votre budget

Vous avez fait le choix de la construction neuve et recherchez donc un terrain mais en isolé ou en lotissement, telle est la question.

Le terrain isolé est souvent moins cher au m2 et pourra vous laisser plus de liberté d’aménagement même si vous restez soumis au plan d’urbanisme de la commune ; cependant il faut prendre le compte que vous devrez contrôler que le terrain est constructible, faire des sondages, vous occuper par vous-mêmes des travaux de raccordement aux différents réseaux d’eau potable, d’électricité, de gaz… autant de travaux qui peuvent vite allonger la facture d’achat du terrain.

En lotissement, vous serez soumis au règlement du lotisseur quant aux règles d’aménagement du terrain (hauteur de construction, hauteur de haie, couleurs…) mais bénéficierez d’un « clé en main » avec un terrain borné, viabilisé et équipements collectifs inclus sans supplément sur le prix d’achat.

Maintenant que ces points sont éclaircis, vous pouvez lancer votre recherche de terrain à vendre sur Royan , La Rochelle ou Rochefort en toutes connaissances de cause.

A Royan, le prix au m2 moyen est de 2700 € pour un appartement et 2400€ pour une maison.

A La Rochelle, le prix au m2 moyen est de 3100 € pour un appartement et 2600€ pour une maison.

A Rochefort, le prix au m2 moyen est de 1650 € pour un appartement et 1600€ pour une maison.

Une check-list pour bien choisir l’emplacement de son terrain !

Sur le même modèle que les points clés pour visiter un appartement à louer, faites votre check-list des points sur lesquels vous ne ferez pas de concession pour le choix de votre terrain :
  • Proximité du réseau routier et accessibilité en transports en commun,
  • Dynamisme du commerce de proximité et facilité d’accès à différents services (banque, santé, poste…),
  • Proximité d’établissement scolaires et/ou conditions de ramassage scolaire,
  • Aménagement du terrain : arboré ou non, possibilité d’aménagement de piscine…
  • Taille du terrain avec le rapport surface de la maison et de ses dépendances (garage, abri de jardin) vs surface de jardin
  • Environnement immédiat et futur en n’hésitant pas à demander quels sont les projets de construction qui seraient susceptibles de modifier la vue depuis votre terrain et donc potentiellement sa valeur.

En fonction de votre budget, vous pourrez revoir certains de vos critères à la baisse mais le maître mot de vos visites devra toujours rester le même : se sentir bien chez soi !

Est-ce que le crédit immobilier à la française est en danger ?

Suite à une recommandation du comité de Bâle qui pourrait profondément remettre en question la manière dont les banques accordent un crédit immobilier en France, trois fédérations françaises du monde de l’immobilier ont tiré la sonnette d’alarme pour alerter le gouvernement des risques que cela pourrait engendrer. Explications.

Le modèle français

Contrairement au système anglo-saxon, le système de crédit immobilier français est favorable au crédit à l’économie et se base bien plus volontiers sur des emprunts à taux fixes plutôt qu’à taux variable pour les acquéreurs immobiliers.

En France, les banques encouragent à ne pas souscrire à un crédit sur plus de vingt ans, afin de ne pas voir ses frais de crédit crever le plafond. Le niveau de mensualité des remboursements est aussi bien plus important pour l’établissement d’un crédit en France que dans le système anglo-saxon.

Certaines assurances sont obligatoires pour souscrire à un prêt immobilier en France. D’abord, une garantie qui assure votre banque en cas d’incapacité à rembourser l’intégralité de la sommet prêtée. Ensuite, une assurance décès/invalidité obligatoire en cas de souscription à un crédit immobilier en France.

D’autre part, puisque votre situation financière est amenée à évoluer pendant la période de remboursement de votre prêt, il est possible de l’adapter au fur et à mesure de vos augmentations de revenus. Il est ainsi possible de rembourser plus tôt votre prêt ou de réduire les mensualités ou la durée du crédit.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès du spécialiste Vousfinancer.

Ce qui est en jeu

Le comité de Bâle est censé œuvrer pour un meilleur contrôle des marchés financiers afin de permettre l’émergence d’un monde plus sûr et plus équitable. Il a été créé en 1974 par les banques centrales des dix pays les plus industrialisés et s’est vu confier la mission d’établir des règles comptables et prudentielles afin de garantir la stabilité du modèle économique dominant.

Depuis sa création, il a déjà émis trois vagues de recommandations intitulés Bâle I, Bâle II, Bâle III. Nous en sommes donc aujourd’hui à Bâle IV. Cependant, certains pays ont pu décider de ne pas souscrire aux différents Traités. C’est le cas des Etats-Unis qui s’étaient tenus à l’écart de Bâle III, ce qui handicape aujourd’hui les concurrentes des banques européennes.

Mais, depuis le début de la crise, les banques européennes ont dû s’adapter et, par exemple, diminuer leur risque, et donc notamment les crédits à l’économie en rehaussant les niveaux d’assurance demandés aux souscripteurs.

Bâle IV exige d’aller encore plus loin. Il ne devrait donc plus être possible, à titre d’exemple, pour les banques de mettre en place leur propre barème en ce qui concerne les risques encourus. La souscription a un crédit immobilier sera donc rendue encore plus difficile. Pondéré à 35 % pour l’instant, il pourrait passer à 55 % voire davantage pour les investisseurs. Les banques devront alors geler 55 % de la somme créditée dans leurs propres capitaux.

Quelle solution ?

Pour les banques, la solution est toute trouvée : diminuer drastiquement la prise de risque. Pour cela, rien de plus simple, il suffira de les faire endosser par les emprunteurs. Il faudra d’abord que les banques vendent leurs créances – c’est-à-dire les dettes conséquentes à l’octroi des prêts, à des investisseurs, c’est ce qu’on appelle la titrisation. Les investisseurs seront donc bien plus prudents et demanderont des assurances bien plus élevées ce qui conduira à une sélection drastique des dossiers.

L’autre possibilité étant de proposer en priorité à ses clients un crédit immobilier à taux variable. Ce qui revient à faire supporter à l’emprunteur les risques de variation des taux. Seulement, elle est très mal vue en France, où elle ne représente que 0,6 % des crédits.

C’est pourquoi les organismes professionnels et les banques françaises font tout pour y résister car cela changerait le paysage du crédit immobilier européen.

La profession de diagnostiqueur immobilier

Qu’est-ce qu’un diagnostiqueur immobilier ? En quoi consiste exactement le métier de ce spécialiste de la réglementation immobilière ? Et par quelles études passer pour pouvoir réaliser des diagnostics immobiliers ?

Le diagnostiqueur immobilier : le spécialiste des normes et de la réglementation en matière immobilière

Le diagnostiqueur immobilier est appelé par le propriétaire d’un appartement ou d’une maison, lorsqu’il souhaite mettre son bien immobilier en vente. En effet, certains diagnostics doivent être obligatoirement présentés au futur acheteur lors de la vente d’un bien. C’est le visiteur ou l’agent immobilier qui demandera, en général au stade de la contre-visite, à consulter ces diagnostics techniques et énergétiques obligatoires.

Le diagnostiqueur immobilier a pour mission d’examiner la conformité du logement avec la réglementation en matière de surface, de sécurité et de santé. Ce métier récent fait partie des métiers très spécialisés des contrôles sécuritaires et sanitaires.

Il contrôle tout d’abord la présence de matières ou de matériaux dangereux à l’intérieur du bien immobilier (et également dans les jardins et les cours) ; il vérifie notamment l’absence de plomb (et de risques d’explosion) et l’absence d’amiante (dans les faux-plafonds par exemple). Il peut être amené à faire des prélèvements.

Le diagnostiqueur immobilier vérifie ensuite l’absence de parasites, comme les termites par exemple : il inspecte la charpente de la maison, les murs, les sols, les parties communes, et toutes  les parties visibles en bois qui auraient pu être dégradées par des parasites.

Enfin, il doit également contrôler les installations électriques (fusibles, disjoncteurs, interrupteurs) et les installations de gaz (intérieures et extérieures), le fonctionnement et les dispositifs de sécurité des éventuels ascenseurs, ainsi que l’installation du dispositif incendie et de désenfumage. Il doit avertir le propriétaire si certaines de ces installations sont dangereuses.

Au terme de sa visite, le diagnostiqueur immobilier rédige un rapport, dans lequel il fait état de toutes ses observations ; le rapport est très détaillé. Il doit également vérifier les mesures de la surface du bien en loi Carrez.

Comment devenir diagnostiqueur immobilier ?

Si vous souhaitez devenir diagnostiqueur immoiblier, il vous sera plus facile de passer par le secteur du bâtiment, de la construction ou de l’expertise immobilière (BTS professions immobilières, BTS technico-commercial). Vous pourrez également passer par une formation juridique spécialisée (niveau Bac +2).

Vous devrez effectuer plusieurs stages professionnels et obtenir plusieurs certifications pour pouvoir exerce le métier de diagnostiqueur immobilier : une certification amiante, une certification gaz, une certification plomb, une certification électricité, une certification DPE et une certification termites.

 

 

 

 

 

La profession d’agent immobilier

En quoi consiste exactement la profession d’agent immobilier ? Est-on obligé de faire appel aux services de ce professionnel de l’immobilier pour être certain de bien vendre un bien immobilier ou de trouver rapidement un appartement aujourd’hui ?

L’agent immobilier : le spécialiste du marché immobilier et de ses tendances

Qu’il exerce au sein d’une agence très réputée ou qu’il travaille seul, à son compte, l’agent immobilier est un véritable spécialiste dans son domaine.

Il connaît parfaitement les prix pratiqués dans tel ou tel secteur, il sait quels biens se vendent facilement aujourd’hui, il connaît les quartiers à privilégier si vous souhaitez réaliser un investissement locatif, il connaît les tendances d’évolution du marché sur les prochaines années et il a surtout un réseau important et indispensable lorsque vous souhaitez trouver ou vendre un appartement.

Il sera judicieux de vous rapprocher d’un agent immobilier implanté dans le secteur géographique qui vous concerne (si vous êtes propriétaire d’un appartement que vous souhaitez vendre) ou dans le quartier qui vous intéresse. En effet, ce dernier aura nécessairement une meilleure connaissance de ce secteur.

L’agent immobilier : un conseiller indispensable pour réussir la vente ou l’achat d’un bien immobilier

Que vous soyez intéressé par la vente d’un appartement, ou par l’achat d’un bien immobilier, vous rapprocher d’un agent immobilier vous permettra de gagner du temps dans vos recherches ou pour la vente de votre bien ! D’autre part, vous serez certain de mettre toutes les chances de votre côté pour réussir cette opération immobilière.

En effet, si vous êtes à la recherche d’un appartement, votre agent immobilier vous aidera à préciser vos critères de recherche (nombre de mètres carrés, localisation, étage, prestations de l’immeuble, ensoleillement et vue, nombre de salles d’eau,…) et votre budget. Il mènera ensuite les recherches à votre place ; une fois l’appartement de vos rêves trouvé, l’agent immobilier vous aidera à négocier son prix de vente et vous accompagnera jusque chez le notaire pour signer l’acte définitif.

Si au contraire vous souhaitez vendre votre appartement, un agent immobilier pourra vous aider à fixer votre prix de vente, à prendre les photos et à rédiger l’annonce de vente, puis à diffuser cette annonce sur internet et au sein de son agence.

Dans tous les cas, l’agent immobilier se chargera des démarches à votre place et saura vous conseiller à toutes les étapes de votre projet immobilier.

La profession de spécialiste en viager

Qu’est-ce qu’un spécialiste en viager ? En quoi consistent ses missions et à quelle réglementation est-il soumis ?

Le spécialiste en viager : un agent immobilier spécialiste de la vente en viager

Le spécialiste en viager est en fait un agent immobilier spécialisé dans le domaine de la vente en viager. Comme pour un agent immobilier « classique », ses honoraires sont libres mais doivent être précisés dans le mandat de vente, ainsi que sur la vitrine de son agence.

L’agent immobilier peut se spécialiser dans la vente en viager car ce type de vente est une vente un peu particulière : l’acheteur (également appelé débit rentier) paie le prix de vente du bien immobilier au vendeur (le crédit rentier) en deux temps. Il verse tout d’abord au vendeur une première somme convenue, « le bouquet », puis une rente viagère jusqu’au décès du vendeur. La vente en viager est basée sur le caractère aléatoire du moment du décès du vendeur du bien immobilier.

Le spécialiste en viager : un conseiller et un expert de la vente en viager

Comme n’importe quel agent immobilier, le spécialiste en viager doit conseiller l’acheteur ou le vendeur qui souhaite vendre en viager, les deux pouvant être son client. Il doit notamment leur apporter des conseils juridiques et fiscaux, mais également techniques.

Le spécialiste en viager doit tout d’abord réaliser l’expertise du bien mis en vente, pour pouvoir établir le prix du « bouquet » et calculer la rente. Il se charge ensuite de toutes les démarches nécessaires à la vente du bien immobilier en viager. Il accompagnera enfin son client jusqu’à la signature de l’acte définitif devant son notaire.

Les règles à respecter pour exercer le métier de spécialiste en viager

La réglementation est stricte ; pour pouvoir exercer son métier, l’agent immobilier spécialiste en viager doit disposer d’une carte professionnelle.

Cette carte ne peut être obtenue qu’après avoir justifié de son aptitude professionnelle : l’agent immobilier doit avoir fait des études et doit pouvoir présenter un diplôme, ou doit avoir une certaine expérience dans ce domaine.

D’autre part, les agents immobiliers spécialistes en viager doivent contracter une assurance RC pro (responsabilité civile professionnelle).

Ils ne doivent avoir été frappés d’aucune interdiction d’exercice de la profession ni d’aucune incapacité.

Enfin, la carte ne peut être délivrée qu’aux personnes pouvant justifier d’une garantie financière minimale de 110.000 euros, afin de pouvoir assurer les fonds qu’ils détiennent pour le compte de tiers, et afin de protéger ces derniers.