Tout le monde, ou presque, doit passer par un crédit immobilier pour l’acquisition d’un bien immobilier. Le choix d’un bon crédit immobilier est un vrai parcours du combattant. L’obtention d’offres qui comportent le plus d’avantages est soumise à plusieurs conditions.

Effectivement, être un excellent emprunteur potentiel n’est plus suffisant car les banques ainsi que les institutions de prêt exigent beaucoup en termes de crédit immobilier. Opter pour les services d’un courtier professionnel peut faire une très grande différence dans cette démarche. Le courtier est un professionnel qui se chargera de vous représenter dans la recherche et dans la négociation d’un crédit immobilier.

Il faut cependant souligner que le courtier est un intermédiaire, la décision finale appartiendra toujours à l’établissement prêteur ou à la banque. L’idée selon laquelle les emprunteurs ayant recours à un courtier vont forcément avoir une offre de crédit immobilier plus avantageux n’est pas toujours vraie.

Quels sont les procédés du courtier en prêt immobilier ?

De manière générale, lorsque les emprunteurs se tournent vers un courtier en prêt immobilier, ce dernier se met à leur place pour rechercher et décrocher l’offre qui comporte le plus d’intérêts.

Il existe des réseaux relativement grands qui font la revendication de leur travail auprès de plusieurs banques. Il faut savoir qu’il s’agit là de la partie théorique. Dans la pratique, ils ne travaillent en principe qu’auprès d’une dizaine d’établissements. Un dossier ne sera alors proposé qu’à environ trois ou quatre banques.

En vérité, les courtiers sont favorisés par les banques puisqu’ils peuvent jouir des taux mis en place spécialement pour eux.  Dans le cas d’un profil particulier, le courtier fait l’identification immédiate de l’établissement ou des établissements qui sont susceptibles d’accepter le dossier en question ainsi que le taux qui s’appliquera.

Toutefois, un courtier vous donnera également des conseils techniques qui vous permettront d’établir un « bon » dossier.

Les grands réseaux sont-ils préférables aux courtiers indépendants ?

Il ne peut y avoir de réponses exactes à cette question. Les grands réseaux peuvent posséder d’excellents techniciens, tout comme ils peuvent en posséder de mauvais. Le même cas de figure peut être trouvé chez les courtiers indépendants. La réputation demeure ainsi une garantie indispensable. Néanmoins, les petites annonces ainsi que les publicités sur le web ne sont pas très fiables.

Lorsque votre courtier vous promet un financement avant même d’avoir examiné votre dossier, cela constitue une preuve flagrante de son incompétence. Tout comme lorsqu’il vous assure un taux plus compétitif par rapport à celui que propose ses concurrents. Mais quoi qu’il en soit, sachez qu’un versement de commission ne doit pas être effectué avant que l’acte fasse l’objet d’une signature chez le notaire.

C’est le code de la consommation même qui prévoit cela dans son article L 321-2. Il est également porté à votre connaissance que vous ne devez pas signer de documents pouvant requérir votre engagement envers le courtier, sauf le mandat qui mentionne qu’il se substituera à vous auprès des banques.

Le courtier reste un intermédiaire

Le recours à un courtier est un gain de temps considérable étant donné qu’il sera en charge des recherches et d’effectuer la négociation pour celui qu’il représente. En général, un courtier n’acceptera pas de se pencher sur un dossier s’il doute de son aboutissement.

Désormais, le code monétaire et financier ainsi que l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) règlementent ce domaine d’activité. Pour obtenir le statut de courtier, il est impératif que la personne ait une assurance de responsabilité civile en plus de son inscription auprès de l’Orias. Ce dernier qui est un organisme chargé de tenir un registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance.

L’existence d’un contrat de mandat

En faisant appel à un courtier, vous lui donnez de manière officielle la charge de vous représenter dans la recherche d’un crédit immobilier avec un taux attractif. Pour cela, il doit y avoir une convention de courtage ou « mandat de recherche de capitaux ». C’est la loi elle-même qui oblige ce contrat.

Celui-ci doit comporter toutes les tâches que l’emprunteur cède au courtier, sans oublier les directives, telles que la forme du crédit, sa durée, son montant, la fourchette de taux etc.  De nos jours, le principe tend vers la simplicité des mandats. Cependant, il est toujours possible que le courtier fasse une proposition de mandat exclusif à ses clients.

La clarté du mandat

La convention de courtage sur laquelle vous allez imposer votre signature doit impérativement comporter la somme des honoraires que vous allez devoir payer au courtier. Il faut être vigilant car il y a plusieurs formules relatives à la rémunération.

Les honoraires de certains courtiers sont à hauteur d’environ 1% de la somme de l’emprunt. Du point de vue légal, le courtier est juste obligé d’informer ses clients.

L’opération de courtage peut donc aller au-delà de ces 1% car la loi n’impose aucune limitation. Il arrive même que le courtier ne fasse pas de réclamation d’honoraire car il tire essentiellement sa rémunération des commissions qui lui sont versées par les banques partenaires. Toutefois, cela reste un choix personnel du courtier car le cumul du versement des honoraires par les clients et le versement des commissions par les banques ne sont aucunement interdits.

C’est le travail de recherche effectué par le courtier qui est rémunéré par les honoraires de courtage. Par conséquent, cela n’englobe pas les frais de dossier qui doit être remis à la banque qui offre le prêt. Il est important que l’emprunteur vérifie le mandat afin de connaître s’il y a ou pas cumul de dépenses.

Les informations venant du courtier

Les clients du courtier doivent savoir si un lien d’ordre financier existe entre celui-ci et les banques avec qui il travaille. Le courtier doit également signaler dans le cas où il travaille de manière exclusive avec quelques établissements de crédit.

En se basant sur le code monétaire et financier, vous pouvez exiger que le nom de ces établissements vous soit dévoilé. Si votre courtier vous demande le versement d’une somme d’argent avant même que la totalité de l’emprunt se retrouve sur votre compte, sachez que cette pratique est interdite et qu’elle peut faire l’objet de sanctions pénales.  Les banques qui prêtent directement sont également touchées par cette interdiction.

Comment faire pour choisir le bon courtier ?

Les critères que vous devez prendre en compte à propos du courtier :

-Choisissez un courtier ayant plusieurs années d’expérience.

-Le nom des établissements avec qui il travaille doit figurer sur ses documents d’informations ainsi que ses publicités.

-Au cours d’un rendez-vous, il doit évaluer votre plan de financement, sans omettre de demander l’ensemble des justificatifs importants.

-Il doit vous délivrer des renseignements comme les conditions générales des contrats, les modalités de fonctionnement du prêt, l’assurance et les garanties sur l’hypothèque.

-Dès lors que vous fixez un rendez-vous avec lui, il devra vous faire parvenir par écrit le montant de ses honoraires, pour ensuite l’intégrer au taux annuel effectif global (TAEG) de votre prêt.

-Il doit faire que l’offre de prêt contient le nom du prêteur.

Il y a aussi certains courtiers que vous devez incontestablement fuir en se basant sur des faits tels que :

-Un courtier dont l’emplacement du siège social est hors du pays. Dans un tel cas, faire valoir vos droits sera très difficile si un différend survient.

-Un courtier qui demande des frais alors que l’argent que vous avez emprunté n’a pas encore été versé sur votre compte.

-Un courtier qui fait du démarchage parce que les intermédiaires en opération de banque sont frappés d’une interdiction absolue de pratiquer ce genre de technique de vente.

Les pièges d’internet

Plusieurs courtiers travaillent essentiellement sur le web. Ayez une préférence pour ceux affichant le nom des établissements auprès desquels ils travaillent, ses honoraires ainsi que les services qu’ils proposent. Parfois, il se peut que ces courtiers n’assurent que la transmission de vos données personnelles à un établissement de prêt. Pour connaître la totalité des services qu’ils proposent, vous pouvez appeler le service clientèle. Il s’agit non seulement d’un moyen pour mesurer la transparence mais aussi, les compétences des entreprises.

La crise de 2008 a fait que les crédits immobiliers connaissent une forte baisse. Les conditions imposées par les banques sont très strictes en ce qui concerne les dossiers pour obtenir un prêt immobilier. Malgré la petite augmentation au cours de l’année 2012 et de 2016, on commence à voir une stabilisation, sauf que l’accès à un prêt immobilier n’est toujours pas facile.

D’après les sondages, un emprunteur particulier fait face à beaucoup plus de difficultés pour entreprendre la négociation d’un prêt immobilier. Il est donc important de noter que le « bon profil d’emprunteur »  ne vous garantit plus l’accès à un prêt immobilier.

Actuellement, les banques évitent toutes les éventuelles complications bien plus pires que les intérêts en perpétuel baisse.  Ajouté à cela, l’expertise d’un courtier professionnel est un plus pour la bonne marche de la négociation auprès des banques, et ce, sur les questions relatives au crédit immobilier, comme le taux de crédit qui va s’appliquer.

Les questions qui concernent le remboursement et les assurances sont également bien encadrées. Tout cela va faire que les banques opteront plus pour les courtiers professionnels.

Une plus grande facilité pour la constitution du dossier de demande

Lorsqu’un courtier professionnel prend en main les négociations du prêt immobilier, il serait plus logique qu’il commence par élaborer et concevoir le dossier de demande. Les chances pour aboutir à un meilleur résultat seront d’autant plus élevée.

Effectivement, un professionnel en courtage saura orienter son client vers un taux plus avantageux en un temps très court et avec les meilleures conditions. Il est également possible qu’il obtienne des réductions considérables par rapport aux taux standard qui s’appliquent sur le marché du prêt immobilier. Cela est possible car les courtiers prennent en considération les habitudes de ces établissements de prêt dans lesquels les taux immobiliers sont sujets à des grilles différentes.

Aussi, l’emprunteur peut être assisté par un courtier à partir de la recherche de l’immeuble jusqu’à ce que l’ensemble des dossiers de crédit soient finalisés. De par la difficulté de l’approche des banques, on peut dire qu’il s’agit d’un avantage incontournable.

En général, les courtiers qui sont considérés comme étant les plus compétents se donnent un temps qui tourne autour de trois ou quatre semaines pour se pencher sur un dossier. Cela dit, le temps consacré à un dossier dépend du dossier en question et surtout de la situation de l’emprunteur.

Quand est-ce qu’un prêt immobilier peut être qualifié de « bon » ?

Souvent, un crédit immobilier avantageux est qualifié ainsi lorsque le taux d’intérêt est bas.  Cependant, certaines modalités doivent aussi être prises en compte.  Tout d’abord, le crédit doit avoir une certaine souplesse. Ensuite, il faut également qu’il soit modulable, c’est-à-dire qu’il doit pouvoir faire l’objet de rallonge ou encore de raccourci.

Cela peut même aller jusqu’à l’arrêt temporaire des mensualités lorsque l’emprunteur fait face à des difficultés financières. On a affaire à un bon crédit immobilier lorsqu’il y a eu négociation des pénalités en cas de non remboursement et des ADI ou assurance décès invalidité.

Quelles sont les éventuelles précautions pour un emprunteur désirant investir dans l’immobilier ?

Si vous optez pour l’achat d’un immeuble dans l’objectif de le mettre en location, il faut que vous fassiez très attention sur la manière dont votre prêt bancaire sera monté. Un montage pertinent du prêt dépendra, pour beaucoup, du bon déroulement de votre investissement dans l’immobilier.

La plupart des banquiers se perdent facilement lorsqu’il est question de spécificités techniques, fiscales ou encore financières, permettant le montage d’un prêt adéquat au projet que vous souhaitez réaliser. Là encore, le recours aux services d’un courtier professionnel vous sera grandement bénéfique.

Pour ne pas s’encombrer de toutes les démarches administratives qui se rattachent aux crédits immobiliers, le choix du courtier professionnel reste judicieux. Non seulement, vous ne perdrez pas une grande partie de votre temps pour se consacrer sur ces tâches considérablement lourdes, votre dossier aura également une plus grande garantie d’aboutissement auprès des banques que l’expert en courtage va approcher. Il faut juste que vous choisissez un bon courtier, riche en expérience et ayant une bonne réputation, afin d’éviter de vous faire arnaquer.

Bon à savoir:

Si vous cherchez un courtier en prêt immobilier à Paris vous pouvez prendre contacte avec conseilfinancement.com qui propose des taux très avantageux.

Vous pouvez aussi consulter nos deux derniers articles sur  » Investissement dans l’immobilier ou assurance vie » et  » Comment choisir au mieux son assurance habitation « .

Publicités