Le rachat de crédit est une opération financière qui vient directement des pays anglo-saxons. En France, la pratique est courante depuis les années 2000.

Les termes « rachat de crédits », « regroupement de prêts » ou « renégociation » désignent des opérations bancaires dont le seul objectif est de bénéficier d’une réduction du coût d’un emprunt.

Ces trois termes indiquent trois opérations bien distinctes avec des caractéristiques propres. Mais en général, l’utilisation de ces termes conduit à des confusions.

Malgré leur similarité, il y a des différences entre ces trois solutions.

Le rachat de crédit

Comme son nom l’indique, le rachat de crédit consiste à anticiper le remboursement d’un crédit en cours, contre une souscription à un nouvel emprunt auprès d’une autre banque. Et ce, avec un taux concurrentiel.

Mais il faut savoir que le rachat est sujet à plusieurs frais, dont :

  • Les frais correspondants au rachat de crédit ;
  • Les frais liés au remboursement anticipé.

En effet, les pénalités de remboursement anticipé ou IRA devront être payées par l’emprunteur.  Leur montant est l’équivalent à 3% de la somme due restante. Toutefois, cette somme ne devra pas dépasser l’équivalent de six mois d’intérêts.

En plus de ces frais, l’emprunteur doit aussi payer le coût de la mainlevée de l’hypothèque.

Dans certains cas, des frais de dossier ou de constitution de garantie sont aussi prélevés par la nouvelle banque.

Le regroupement de prêts

D’un autre côté, plusieurs crédits de mêmes types ou de types différents peuvent être réunis en un seul et même prêt. On a alors affaire à un regroupement de prêts.

C’est une autre opération financière qui consiste à remplacer un ou plusieurs crédits en cours par un seul et unique crédit. Ceci, à un taux moins élevé, mais que l’emprunteur peut rembourser en adéquation avec ses revenus, sur une durée plus longue.

Avec cette solution, les particuliers peuvent trouver une solution viable à leur problème de surendettement. Le regroupement de prêts permet de regagner du pouvoir d’achat, d’investir dans un nouveau projet ou d’anticiper sa retraite.

Pour l’emprunteur, l’avantage c’est qu’il n’aura plus à payer qu’une seule mensualité, qui, généralement est plus faible.  Mais comme l’allongement de la durée de remboursement compense la baisse des échéances mensuelles, c’est le coût total du crédit qui augmente.

D’habitude, ce sont ceux qui font face à des difficultés de remboursement qui ont recours à cette technique.

Dans ce cas aussi, des frais sont à prévoir. Notamment :

  • Les compensations liées au remboursement anticipé ;
  • Les émoluments de notaire au cas où il y a des actes juridiques à exécuter ;
  • Les frais relatifs aux assurances ;
  • Les frais de montage de dossier.

Attention, le rachat de crédit immobilier, appelé aussi « renégociation de prêt », ne doit pas être confondu avec le rachat de crédits au sens de « regroupement de crédits ». Comme l’explique ce site, le rachat de crédit immobilier est adopté pour pouvoir obtenir un taux plus attractif chez un autre organisme. C’est cette nouvelle banque qui va alors procéder au rachat de prêt. Ce type de rachat de crédit immobilier est aussi appelé « renégociation de prêt ».

Par contre, le rachat de crédits au sens de « regroupement de crédits » consiste à regrouper plusieurs prêts en un seul crédit rééchelonné. Ces crédits peuvent aller du crédit à la consommation au crédit immobilier, en passant par le crédit auto et le revolving.

Ce regroupement de crédits permet d’obtenir une mensualité réduite grâce à un allongement de la durée de remboursement. Cette opération est également connue sous l’appellation « rachat de crédits » ou « consolidation de dettes ».

On peut noter l’existence de quatre types de rachat de crédit :

  • Le rachat locataire : Ce type regroupe plusieurs crédits à la consommation.
  • Le rachat immobilier : où sont regroupés les crédits immobiliers et les crédits à la consommation.
  • Le rachat de crédit professionnel.
  • Le rachat de crédit par vente à réméré.

Comment se passe le regroupement de crédits ?

Nommé aussi rachat de crédits, le regroupement de crédits consiste en une réorganisation de dettes.  Plusieurs crédits en cours de remboursement et même d’autres dettes seront fusionnés en un seul crédit.

Dans une opération de regroupement, tous les types de crédits sont concernés. Ainsi, le crédit immobilier et le crédit à la consommation y sont englobés, sans oublier le crédit privé et le crédit professionnel. Il est également possible d’y joindre des dettes autres que des crédits.

Au cas où un ou plusieurs prêts immobiliers et un ou des crédits à la consommation sont inclus dans le regroupement de crédits, le traitement du nouveau crédit « fusionné » sera identique à celui d’un prêt immobilier. Cette option exige que la part relative des crédits immobiliers doive être supérieure à 60 % de l’ensemble des prêts. Dans ce cas, l’emprunteur dispose d’un délai de réflexion de 10 jours incompressible avant de renvoyer son acceptation éventuelle. L’envoi de l’offre de crédit se fait par voie postale.

Le regroupement de crédit relève des dispositions légales applicables aux crédits à la consommation si la part des crédits immobiliers est inférieure ou égale à 60 %. Le délai de rétractation de l’emprunteur est alors de 14 jours.

En ce qui concerne les mensualités et les taux durant une opération de regroupement de crédits, l’établissement financier peut proposer plusieurs solutions à condition qu’elles soient toutes compatibles avec le taux d’endettement actuel de l’emprunteur.

En effet, après que l’opération de rachat de crédit ait été effectué, le taux d’endettement de l’emprunteur ne doit pas dépasser environ le tiers de ses revenus.

L’organisme de crédit peut proposer :

  • Une plus faible mensualité : Le coût global de l’opération sera plus élevé car la durée de remboursement est plus longue. La charge des remboursements est repoussée dans le temps par une baisse de mensualités. On peut dire finalement que l’emprunteur procède à un échange. Les dettes à court terme sont échangées contre une plus grosse et à long terme.
  • Un taux moins élevé : Ce cas dépend des conditions de marché du moment.
  • Une mensualité égale ou plus forte : Cette dernière proposition a pour objectif de réduire la durée du crédit. Mais comme le regroupement de crédits constitue généralement une solution pour alléger la charge du crédit, ce dernier cas est très rare.

À partir du 1er janvier 2013, selon la loi du 1er juillet 2010 sur la réforme du crédit à la consommation, le prêteur est formellement obligé d’indiquer si le regroupement se traduit par un allongement de la durée de remboursement ou par une augmentation du coût total du crédit.

Il faut savoir que l’allongement de la durée du crédit constitue un danger pour l’emprunteur. Effectivement, c’est la contrepartie de l’allègement mensuel des dettes. Ce qui veut tout simplement dire qu’il y a augmentation de la valeur totale du crédit.

Avant de signer un engagement, il est donc vivement conseillé de prendre en considération l’ensemble des coûts et non seulement le taux d’intérêt proposé.

Connaître les avantages ou les déficits lors d’une opération de rachat de crédits

Lors d’une opération, la loi oblige tous les établissements de crédit de remettre un document d’informations portant sur les conditions du regroupement de crédit, à tous les emprunteurs.

Cette remise doit être réalisée le plus tôt possible. Elle doit donc se faire en même temps que l’offre de prêt à la consommation ou immobilier. Ce document s’applique aux contrats de rachat de crédits souscrits depuis le 1er janvier 2013.

Le document comporte un tableau qui va beaucoup aider dans la prise de décision. Le but est de permettre aux emprunteurs de faire la comparaison entre les caractéristiques financières des crédits en cours, qui font l’objet du rachat, avec celles de l’opération de regroupement proposée.

En bas de ce tableau, le gain ou le surcoût de cette opération sont exposés.

Les conséquences de l’opération de regroupement de crédits sont affichées sur le tableau en guise d’avertissement. En tant que conséquences, la perte du bénéfice d’un cautionnement ou d’une assurance de prêt après remboursement anticipé des crédits y est expliquée.

Des informations concernant les modalités de mise en œuvre du regroupement de crédits, comme les démarches à leur charge et celles à la charge de l’établissement financier, la date où le paiement des crédits en cours cesse et beaucoup d’autres, doivent être également mises à disposition des emprunteurs.

S’il n’est pas possible pour l’emprunteur de fournir les pièces justificatives des crédits ou des créances dont le regroupement est envisagé à l’établissement de crédit, le document est établi sur une base déclarative uniquement.

Il doit être averti par l’établissement financier au cas où ces éléments déclaratifs ne sont pas disponibles. Cet avertissement portera alors sur les difficultés financières et pratiques qu’il pourrait rencontrer s’il souhaitait malgré cela, poursuivre l’opération sans en connaître tous les paramètres.

Comment simuler le crédit ou regrouper le crédit ?

Depuis l’antiquité, l’homme a toujours eu recours au prêt pour pouvoir réaliser son rêve. Que ce soit pour acquérir des biens de consommation, comme une voiture, un téléphone, une télévision, etc., ou pour acheter des biens immobiliers, tels qu’une maison, un appartement, etc.

Mais un crédit doit être remboursé, c’est un engagement. Avant de s’engager, il est vivement conseillé de bien vérifier ses capacités de remboursement.

De nos jours, avec le développement des technologies de l’information et de la communication, plusieurs sites existent pour simuler le crédit ou regrouper le crédit.

  • Un simulateur de crédit c’est quoi ?

C’est un outil qui permet de connaître la mensualité par rapport à un emprunt. Avec cet outil, en se basant sur le montant optimal de la mensualité, il est possible de connaître le capital qui peut être octroyé.

C’est dans le cadre d’un prêt immobilier, d’un rachat ou d’un prêt personnel que le simulateur trouve son utilisation. D’ailleurs, à l’heure d’internet et des ordinateurs, ce logiciel est proposé sur le site web de presque tous les organismes de crédit.

Des informations personnelles concernant sa situation financière et, au cas où on a déjà d’autres crédits, les autres échéances de paiement, sont nécessaires pour réaliser une simulation.

Il faut également préciser le revenu, les charges mensuelles, et surtout, le montant de l’apport personnel, si on veut connaitre sa capacité d’endettement.

Ces informations permettent au professionnel de répondre s’il est possible d’accorder au demandeur le montant du prêt, ainsi que le taux d’endettement en fonction du délai de remboursement.

  • Comment utiliser l’outil ?

Un simulateur est facile d’utilisation. Il suffit d’y entrer le montant du prêt, les mensualisations et la durée de remboursement. C’est à partir de ces 3 données que la quatrième donnée est calculée de manière automatique.

Pour réaliser une simulation, on n’a pas besoin d’avoir une grande connaissance dans le domaine des crédits. Tout ce qu’on a à faire, c’est de compléter le formulaire en ligne avec les renseignements demandés.

La comparaison des prestations des banques ou des organismes de crédit immobilier est également nécessaire car une simulation ne suffit pas pour faire un crédit. L’idéal c’est de solliciter les avis d’un banquier puisqu’il reste le professionnel. Il peut aussi donner des conseils au cas où on souhaite réaliser un projet.

Comment choisir l’organisme de rachat de crédits ?

Un rachat de crédit constitue un engagement qui va s’étaler sur une longue période avec un partenaire. Pour l’emprunteur, c’est une opération lourde de conséquences. Et avec le développement et la prolifération des réseaux d’informations, on ne peut vraiment plus se fier aux publicités.

Choisir un établissement sérieux pour une opération de rachat ou de regroupement de crédits est donc primordial pour l’emprunteur.

Pour avoir une idée des principaux organismes de rachat de crédit, ainsi que les différentes offres proposées, on peut se renseigner auprès des références du marché. Il est aussi possible de consulter les avis sur internet ou solliciter les services d’un courtier.

Il ne faut pas oublier que dans de nombreux cas, un organisme bancaire correspond à une population bien ciblée ou à un certain profil pour l’acceptation d’une demande de rachat.

Vous pouvez aussi consulter nos deux derniers articles sur :  » L’immobilier en Corse  » et  » Que savoir sur l’immobilier commercial ? « .

Publicités