Si vous avez un ascenseur dans l’immeuble où vous habitez, sachez que ce dispositif commun fait l’objet de travaux d’entretien réguliers. Vous n’êtes peut-être pas en connaissance de cause, mais en général, c’est le syndic de copropriété qui s’en occupe.

Il choisit le prestataire à qui il va confier ces travaux d’entretien et il signe également le contrat d’entretien. Ce dernier comprend les différents types d’intervention liés à la maintenance et au dépannage. L’ascensoriste passe alors régulièrement ou occasionnellement pour vérifier et régler les problèmes de l’ascenseur.

À qui reviennent les charges d’entretien de l’ascenseur ?

Si vous êtes propriétaire de l’appartement dans l’immeuble, les frais vous reviennent automatiquement. Si vous êtes locataire dans l’immeuble, la participation liée à l’entretien de base de l’ascenseur reste à votre charge.

Vous serez alors concerné par les vérifications périodiques, la réparation et le remplacement des pièces défectueuses et les différents dépannages d’urgence. Cependant, votre propriétaire bailleur prendra en charge les charges liées au changement de portes de l’ascenseur et à la pose de serrures de sécurité. L’installation d’une ligne téléphonique pour l’alarme sera également à sa charge. Si vous louez un appartement au rez-de-chaussée, il est clair que vous n’allez pas utiliser l’ascenseur. Dans ce cas, les frais de l’ascenseur reviendront à votre propriétaire bailleur sauf si vous utilisez l’ascenseur pour aller au sous-sol, au parking ou à la cave.

Pour un contrat d’entretien plus étendu comprenant l’entretien courant et les importants travaux de maintenance, votre propriétaire bailleur peut répartir les charges avec vous.

L’obligation d’entretien de l’ascenseur

Même si vous habitez au premier étage et que vous n’utilisez pas aussi souvent l’ascenseur. Que vous soyez locataire ou propriétaire, vous devez participer à l’entretien de l’ascenseur au sein de votre immeuble. C’est une obligation régie par la loi. Ces différentes interventions d’entretien sont effectuées pour garder un niveau de sécurité optimal au sein de l’immeuble et pour vérifier le bon fonctionnement de tout le système.

Même si lors de l’installation, votre syndic a veillé à ce que toutes les précautions nécessaires soient prises pour que l’ascenseur ne présente aucun problème lors de l’utilisation, il peut arriver occasionnellement que celui-ci tombe en panne.

Il est donc préférable de signer un contrat de maintenance avec un professionnel. Le professionnel à qui vous confiez ces travaux d’entretien peut alors passer périodiquement pour de simples contrôles et il est le mieux placé pour assurer le bon fonctionnement de ce dispositif.

La fréquence de contrôle

Le syndic de copropriété doit choisir un prestataire professionnel et certifié pour ces travaux de maintenance de l’ascenseur. Une fois que les deux parties ont signé le contrat, l’ascensoriste devra passer régulièrement pour un contrôle du bon fonctionnement de l’ascenseur.

Il devra au moins passer toutes les six semaines : c’est la fréquence imposée par la loi. Selon les clauses du contrat, la fréquence de contrôle peut être plus régulière. Pour cette intervention, l’ascensoriste vérifie les boutons de commande, l’automatisme de la porte, l’éclairage, les voyants lumineux, le bouton d’appel de secours et d’autres éléments de l’ascenseur. En cas de dysfonctionnement, il procède directement à la réparation et si besoin est, il passe au changement des pièces défectueuses.

Choisir un ascensoriste professionnel

Le syndic de copropriété se charge de chercher le prestataire pour l’entretien et le dépannage de votre ascenseur. Pour le choix du prestataire, il devra avoir l’accord de l’assemblée générale des copropriétés et c’est seulement après qu’il peut signer le contrat de maintenance. Il est à noter que pour ces travaux, vous pouvez choisir un artisan professionnel ou une entreprise, mais il devra se souscrire à une assurance professionnelle.

Une fois le contrat signé, l’ascensoriste devra respecter les termes du contrat et pour chaque intervention, que ce soit une intervention en urgence ou une intervention programmée, il devra notifier son passage dans le carnet d’entretien.

Pour le choix de l’ascensoriste, il faudra demander un devis auprès de différents prestataires. Il faut faire jouer la concurrence pour avoir le la meilleure prestation au meilleur prix. Il y a notamment une importante différence entre le tarif proposé par un artisan et une entreprise. Le devis que vous envoie l’ascensoriste comprend un tarif annuel.

Sur le marché, l’entretien de base d’une cabine d’ascenseur pour 4 personnes desservant 6 étages peut aller entre 2 000 et 3 000 €. Ce prix sera ensuite réparti entre les copropriétaires en fonction de la surface qu’il occupe dans l’immeuble. Les frais d’entretien de base d’un ascenseur constituent à peu près entre 7 et 12 % des charges de copropriétés. Il est à noter que le prestataire vous facturera à part le remplacement des pièces défectueuses et les autres travaux de modernisation et de nettoyage.

Pour un dépannage ascenseur et un entretien sur toute l’année vous pouvez contacter également la société Drieux-Combaluzier: http://www.drieux-combaluzier.com/notre-histoire#accueil

Le contrat d’entretien d’un ascenseur

Lorsque vous prenez un prestataire pour ces travaux, vous allez signer un contrat d’un an au minimum. Le prestataire peut vous donner un contrat préétabli, mais il faut s’assurer que les clauses de celui-ci soient bien complètes. Vous devez avoir dans le contrat les différents types d’entretien que le prestataire effectuera et les obligations exactes auxquels il s’engage.

L’ascensoriste mettra dans ce contrat la description et la référence de votre ascenseur. Ne manquez pas de revoir le délai de remplacement des pièces, l’actualisation du carnet d’entretien, les procédés de remplacement des pièces, les pénalités, la date d’échéance du contrat, les assurances et les tarifs liés aux autres prestations.

Notez toutefois que même avec un contrat de base, l’ascensoriste devra passer au moins toutes les 6 semaines pour un contrôle.

Il devra aussi:

  • Au moins tous les 6 mois: effectuer un contrôle de l’état des câbles.
  • Au moins une fois par an: effectuer un contrôle des parachutes, un nettoyage de la cuvette d’installation, du toit de la cabine et du local des machines.
  • Disponible 7 jours sur 7: pour ce qui est du dépannage en urgence. Vous pouvez alors l’appeler de jour ou de nuit si des personnes se trouvent bloquées dans l’ascenseur. Pour le contrat que votre syndic signe, vérifiez bien les clauses liées à ces interventions d’urgence.

Le contrôle technique périodique

Votre ascensoriste passera régulièrement pour un contrôle du bon fonctionnement de l’ascenseur de l’immeuble, pour une vérification de son état général et pour une expertise du niveau de sécurité. Ceci n’est pas suffisant, car il faudra également faire inspecter tous ces points par un organisme ayant une certification une fois tous les 5 ans (surtout pour les risques d’incendie). Lors de ce contrôle, l’organisme peut demander la présence du prestataire engagé par le syndic de propriété. Il ne manquera pas aussi de vérifier à la loupe le carnet d’entretien. Après ce contrôle quinquennal, on remettra au syndic de la copropriété un rapport d’inspection dans les 30 jours qui suivent le passage de l’organisme.

Ce document donnera la liste des vérifications effectuées et des défauts détectés. Ce sera par la suite au syndic de communiquer un résumé du rapport d’inspection aux occupants de l’immeuble. S’il faut faire des réparations, une copie de ce rapport sera remise au prestataire pour les travaux de maintenance.

Publicités