Quand on a le goût de la vente, de la négociation, que l’on sait être à l’écoute des autres, on dispose a priori de bonnes bases pour devenir un agent immobilier. Mais cela ne suffit pas en soi, que d’avoir des qualités humaines et un tant soi peu professionnelles pour entrer dans la profession.

Il faut aussi acquérir de nombreuses notions de droit et, en matière d’immobilier, il y a de nombreux textes à connaître, de dispositions spécifiques à comprendre. D’ailleurs c’est ce qui rassurant quand on souhaite acheter un bien : tout est couvert la loi, jusqu’à la moindre situation atypique.

Apprendre à évoluer dans son métier

Or la loi évolue en permanence, en fonction de la société, de la volonté politique de favoriser ce secteur, au même titre que les taux d’emprunt évoluent et que les prix sont parfois difficiles à maîtriser. Dès lors on peut être un très bon acteur du secteur immobilier mais avoir aussi besoin de mettre à jour ses connaissances au fur et à mesure que de nouveaux textes apparaissent et concernent une partie du marché.

Quand on a conscience de ses limites ou que l’on souhaite pouvoir développer plus pleinement son potentiel, il est possible de suivre une formation auprès d’Expert immobilier, un réseau de professionnels qui a fait ses armes de longue date sur tous les terrains, particuliers comme professionnels, dans le domaine de l’immobilier.

Développer ses connaissances et son réseau

smilies-1607163_1280

Intégrer une formation, c’est avant tout apprendre de nouvelles connaissances et développer de nouveaux savoir-faire, mais c’est aussi faire des rencontres. En effet tout le monde, dans le cadre d’une formation professionnelle, a déjà une certaine expérience de terrain, a vécu un certain nombre de situations particulières, et est donc en mesure d’apporter une multitudes de choses à celui qui, ouvert d’esprit, est prêt à se remettre en question et à devenir un professionnel plus aguerri. Ces rencontres que l’on fait pourront aussi être utiles à l’avenir : on ne travaille jamais complètement seul, mais toujours avec un réseau professionnel.

Définir sa zone de prédilection

magnifying-glass-1020142_1280(1)

Le marché immobilier est assez vaste. De nos jours, certains types d’investissements se sont largement démocratisés. De quoi laisser certains investisseurs perplexes, mais qui laissent une certaine aubaine aux nouveaux venus dans la profession.

Afin de vous y faire une place aisément et assez rapidement, il n’y a rien de tel que de définir votre zone de prédilection : courtage classique, gestion immobilière, investissement en SCPI, etc. : vous avez l’embarras du choix. Mais attention chaque domaine nécessitera des compétences spécifiques.

L’investissement en SCPI est entre autres un secteur qui ne souffre pas de la crise à l’heure actuelle. C’est la tendance. Vous y faire un nom sera relativement facile à condition de respecter les démarches pour la demande d’ouverture d’une telle agence.

La gestion immobilière est assez compliquée et uniquement à laisser à ceux et celles qui ont le sens de l’organisation. En outre, pour vous lancer dans ce domaine, vous aurez besoin d’une assurance professionnelle pour les agents immobiliers en plus du RC pro. C’est une garantie qui couvre notamment les pertes, les vices et les mauvais choix d’investissement. Cette couverture rassure les clients, en plus d’être obligatoire pour ce genre de professionnel.

Le courtage simple reste le plus facile des postes dans les transactions immobilières. Il s’agira d’œuvrer afin que les vendeurs trouvent leurs acheteurs rapidement. Vous allez devoir mettre à profit votre sens de la négociation et du marketing. Vous allez aussi devoir faire la promotion des biens afin de toucher rapidement la commission.

En tant que courtier, vous pouvez travailler comme indépendant ou œuvrer en agence. En tous les cas, une RC pro sera obligatoire afin d’obtenir votre carte professionnelle.

De nos jours, les mandataires sont également de plus en plus nombreux en France. C’est un autre genre de courtier immobilier, mais cette fois à la solde des acheteurs. Plus pratique, en devenant un mandataire vous vous exhortez des restrictions des zones d’interventions et aurez une plus grande liberté de mouvement.

Vous serez également seulement tenu de vos obligations envers vos clients : à savoir l’acheteur. Vous devez savoir négocier, mais surtout être à l’écoute de ses besoins et des attentes ainsi que des impératifs de votre client pour trouver une liste de bien à visiter. Vous pouvez, pour ce faire, travailler de concert avec certaines agences immobilières qui toucheront leur commission des propriétaires.

Publicités