Depuis quelques temps, l’investissement dans l’immobilier saisonnier est à la mode. Un agréable appartement au bord de la mer ou encore une petite auberge nichée dans les montagnes. Mais au niveau de la rentabilité, quel bilan ?

Un principe bien connu

Même si nous n’avons jamais entendu le terme, rien qu’en entendant les termes immobilier saisonnier, nous savons à quoi cela fait référence. On parle alors d’un logement que l’on loue seulement pour chaque saison. On parlera surtout de location saisonnière car la plupart de ces logements sont loués durant les vacances. La location est de courte durée, le logement est meublé et il ne s’agira pas d’une résidence principale.

Ces locations sont alors ouvertes à tous locataires à des saisons précises de l’année. Si auparavant les locations saisonnières privilégiaient les sites balnéaires et les zones très touristiques, le développement est aujourd’hui de plus en plus important.

  • Une alternative contre les hôtels

Avec les locations saisonnières, la concurrence est au rendez-vous avec les hôtels. En effet, les locations saisonnières sont, en grande partie, entreprises par des particuliers. Ce qui fait donc que les tarifs fixés sont variables.

Dépassant les traditionnelles zones touristiques, les locations saisonnières gagnent même du terrain dans les centres villes. Et rapidement on passe alors au terme « appart-hôtel ». La concurrence est alors rude car les touristes recherchent le confort sans passer par un prix exorbitant.

  • Un investissement utile et agréable

Avec une augmentation des demandes par rapport aux logements saisonniers, l’immobilier dans ce cas rencontre un succès fulgurant. Cependant il faut savoir viser les bonnes zones et les bons quartiers. Le plus gros avantage avec l’immobilier saisonnier c’est sa capacité à joindre l’utile à l’agréable.

Même n’étant pas encore sur le marché, le logement peut vous servir de logement secondaire. Après, vous pouvez le louer à un tarif fixe ou évolutif selon les contraintes qui se présentent par rapport au marché.

Et la rentabilité dans ce cas ?

Il est difficile de définir exactement si la rentabilité est positive et négative car elle varie en fonctions de divers facteurs. Et le principal bémol qui s’affiche au tableau est la période de location et la zone dans laquelle se situe votre bien.

En effet, il faut noter que la période de location peut être très réduite ce qui ne vous donnera l’opportunité de toucher gros. Ensuite il faut prendre en compte la zone dans laquelle se situe votre bien : est-ce bien placé, le lieu est-il avantageux pour les touristes, comment se passe la concurrence locale ?, etc.

On ne peut pas tout simplement passer par une location saisonnière parce qu’on le veut bien. L’idée est tout d’abord de connaitre le marché dans lequel vous investissez. En s’installant dans une zone à profit élevé tout en jouissant d’une période assez importante, il est assuré de gagner plus.

  • Les avantages de l’immobilier saisonnier

Avec une bonne dynamique de gestion locative associée à un bon placement dans une zone avantageuse, l’immobilier saisonnier demeure très rentable. Ou du moins, la rentabilité est presque assurée. Mais derrière une fructueuse recette, il faut savoir optimiser sa visibilité.

Et sur un marché où la concurrence est rude, c’est l’étape la plus difficile à faire. Il faut alors dans ce cas jouer sur l’image et sur diverses techniques pour que votre bien se voie et soit apprécié. Passez donc par agences, des sites, la technique du bouche à oreille, etc. En ayant des réseaux de propriétaires divers également, cela assure une bonne optimisation de la visibilité.

Le taux d’occupation peut également jouer pour ou contre vous. En effet, à la différence d’une simple location, la location saisonnière se fait sur une courte durée seulement. Selon l’emplacement, le bien peut être occupé durant la saison estivale ou hivernale.

  • Le cas du crédit immobilier sur ce plan

Un investissement immobilier est un projet de taille. Il faut avoir un budget assez important pour le mener à terme et nombreux n’en disposent pas. C’est pour cette raison qu’existe le crédit immobilier. En passant par un organisme de crédit, il faut mentionner dans les négociations que vous avez comme but de faire un investissement locatif saisonnier.

Il faut donc le mentionner dans votre dossier, le tout accompagné de simulations de rentabilité. Avec une possibilité d’excellente rentabilité, la banque sera en mesure de vous octroyer plus rapidement le crédit.

  • Les risques d’impayés

Dans un investissement traditionnel, des risques sont toujours présents et il faut les prendre en compte. Car sur ce plan, les risques d’impayés sont plus importants surtout si le bien est situé dans une grande ville. Car le cas est toujours le même : vous louez le bien pour une saison. Et si le locataire décide soudainement de ne pas payer la location ?

Il peut tout à fait très bien, avant de louer, présenter des garanties prouvant des revenus astronomiques. Mais s’il décide de ne pas payer, il ne paye pas. Et cela peut engendrer une guerre sans fin entre les personnes concernées.

Heureusement pour vous, ce cas n’a pas lieu d’être pour l’immobilier saisonnier. Car les loyers sont toujours payés avant que le locataire occupe le logement. Dans d’autres cas, un acompte est versé. Les futurs locataires sont d’ailleurs obligés de le verser pour réserver le bien.

  • Au niveau de la fiscalité

Les avantages fiscaux sont notables pour une location saisonnière. Elle est soumise à des règles particulières qui mettent surtout en exergue le cas d’une location meublée. De ce fait, il est dans l’obligation du propriétaire de déclarer les loyers reçus pour accéder à des avantages fiscaux. Vous pouvez tout à fait louer un bien immobilier non meublé.

Mais dans le cas de la location saisonnière, cela n’intéresserait aucun locataire. Pourtant, avec un bien meublé, le propriétaire passe à une activité commerciale. Il demeure cependant un particulier et non un professionnel en matière de location. Mais la présence des meubles est catégorisée comme une activité commerciale, ce qui fait donc qu’elle génère des profits qui sont alors des bénéfices industriels et commerciaux ou BIC.

  • Immobilier saisonnier, quelle zone privilégier ?

Pour un immobilier saisonnier, le choix de l’emplacement de votre bien est très important. De nos jours, le choix se porte en trois lieux phares : la mer, la montagne et la ville. Vous pouvez choisir l’un des trois ou tous les trois en même temps, la location sera rentable dans la mesure où vous faites un bon choix d’emplacement, que vous investissez dans un bien de qualité et de s’assurer que le marché est bien pour votre investissement. Notez également que l’environnement jouera en votre faveur et il faut que le bien puisse profiter d’un cadre apprécié par les vacanciers.

Publicités