Connaissez-vous bien le métier de gestionnaire de copropriété ?

L’immobilier est un secteur économique actif. Il requiert de ce fait, la mobilisation de certaines personnes sur le terrain. Bien qu’ayant été professionnalisé, le secteur de l’immobilier laisse cependant une part de place pour les particuliers.

Nombreux de ces derniers tentent de ce fait, suivre le rythme dans le domaine. On peut toutefois observer qu’une certaine partie des fonctions à entretenir dans l’immobilier nécessite la présence d’un professionnel. C’est le cas du gestionnaire de copropriété.

Qu’est-ce qu’un gestionnaire de copropriété ?

C’est un agent actif dans le secteur immobilier. Ce dernier est un mandataire des copropriétaires d’un bien immobilier (résidence, grand immeuble, etc.). Cette personne intervient dans la gestion d’un bien commun appartenant à plusieurs personnes. C’est-à-dire qu’il gère à bien les parties communes d’un bien immobilier.

Un gestionnaire de copropriété imposé et à la demande

Officiellement, un gestionnaire de copropriété est imposé depuis quelques années par une loi. Il faut cependant prendre en compte qu’il y a le gestionnaire à la demande et celui qui est imposé.

Pour ne pas s’entremêler dans les termes, un gestionnaire à la demande est celui qui est demandé par les clients en personne (c’est-à-dire que ces derniers sont conscients qu’il faut lui faire appel et qu’ils font les démarches de leur propre gré).

Et il y a de l’autre côté le gestionnaire imposé. Il est souvent question d’un gestionnaire nommé par des juridictions judiciaires. On peut aussi rencontrer dans certains cas des gestionnaires nommés à titre provisoire (un cas que l’on peut rencontrer dans la situation des immeubles neufs).

Les responsabilités d’un gestionnaire de copropriété

Dans sa généralité, le  gestionnaire est celui qui s’assure de l’entretien et de l’assistance de l’immeuble dans toute sa totalité et sur tous les plans. De ce fait il est responsable du personnel de gardiennage mais également de ceux qui entretiennent l’immeuble en incluant l’entretien technique.

Donc on peut prendre en compte dans la fonction de ce dernier les suivis des petits détails et de leurs états : ascenseurs, escaliers, boites aux lettres, toiture, porte, etc.

Mais le plus important est le contrat d’assurance. Tous les problèmes liés à l’immeuble est à la charge du gestionnaire locatif. Sa fonction est de garder dans un bon état l’immeuble tout en ayant des vues sur les locations.

Une fonction de médiateur

Le gestionnaire est celui qui gère un bien commun au nom d’une communauté composée de plusieurs copropriétaires. Etant donné que ces personnes sont nombreuses à gérer un seul bien commun, des litiges peuvent survenir. C’est pour cette raison qu’elles font appel à un gestionnaire. Ce dernier de ce fait devient un médiateur entre le bien immobilier en question et les copropriétaires.

Mais il est également un médiateur entre les copropriétaires. Il est tenu d’organiser les assemblées entre les copropriétaires. Les décisions prises à l’unanimité durant les réunions sont exécutées par  le gestionnaire. Tout en réalisant les décisions prises, il veille à ce que les différentes parties respectent le règlement imposé.

En tant qu’intervenant externe, le médiateur-gestionnaire est plus objectif et peut engager des procédures judiciaires à l’encontre d’un copropriétaire qui ne suit pas le règlement.

Quelles compétences pour le métier ?

Etant une personne qui regarde faire le gestionnaire, on peut penser qu’il est facile d’être professionnel en la matière. Il faut cependant des compétences bien définies pour pouvoir exercer la fonction d’un gestionnaire de copropriété.

Il faut de ce fait avoir des connaissances juridiques et techniques pointues (de préférence spécialement concernant le domaine mais autres seraient un atout considérable), de la bonne rigueur et une très bonne organisation, des qualités notables relationnelles mais également rédactionnelles et le plus important reste des aptitudes à la négociation.

Il n’est donc pas à écarter d’avoir une bonne maitrise de communication relationnelle. Ajoutée à cela un sens de la précision et une certaine maitrise de soi. Il ne faut pas oublier qu’un gestionnaire est celui qui va calmer les différents copropriétaires si jamais un litige existe entre ces derniers. Il faut de ce fait avoir beaucoup de sang-froid.

Quelles formations pour devenir gestionnaire de copropriété ?

Comme pour l’agent immobilier ou bien d’autres professions dans l’immobilier il n’y a pas de diplôme spécifique si vous souhaitez devenir un gestionnaire de copropriété, il est préférable de posséder une licence ou bachelor en en immobilier. Il n’est pas rare également de rencontrer des personnes dans le métier titulaires d’un BTS Profession Immobilière ou d’une licence en sciences économiques ou en droit.

On peut également rencontrer des gestionnaires titulaires d’un DUT Carrières juridiques ou d’un BTS comptabilité et gestion des organisations. Après le baccalauréat, un étudiant peut suivre une formation sur deux ans avec des connaissances en droit (social et juridique), en organisation de l’immobilier, transaction immobilière, gestion locative, baux commerciaux, fiscalité, comptabilité générale et appliquée à l’immobilier, langues, assurance et financement.

Il est également fréquent de rencontrer des personnes ayant déjà exercés dans le monde professionnels voulant entrer dans le domaine de l’immobilier. Certaines d’entre elles ont déjà de l’expérience dans le domaine (mais ayant occupé un poste différent), et elles suivent des formations spécialisées. Les autres suivent également des formations spécialisées mais à des niveaux différents. Seuls les modules dispensés restent invariables.

Dans quels établissements ?

Il existe des établissements consacrés aux professions immobilières. Ils dispensent des connaissances qui concernent l’immobilier. Dans certains établissements, il y a ceux qui dispensent des stages sur le terrain.

Mais dans sa généralité, on retrouve les mêmes modules dans tous ces établissements. De nombreux établissements sont non agrées et érigés un peu partout. Il faut de ce fait bien s’informer et s’assurer qu’un établissement est bien agrée avec des diplômes reconnus avant de suivre les formations.

Une évolution professionnelle envisageable ?

A force d’expérience et de savoir-faire ainsi qu’un travail satisfaisant, un gestionnaire de copropriété peut devenir un gestionnaire locatif. D’ailleurs, ces deux fonctions sont assez parallèles et il n’y a pas de différences majeures. Certains peuvent même occuper un poste principal de copropriété. Un poste très convoité et important pour la plupart des gestionnaires.

En effet, en occupant un tel poste, la personne aura à gérer plusieurs biens immobiliers communs via une collaboration avec plusieurs gestionnaires chacun responsable d’un bien commun.

Etant une fonction intégrante dans la mise en marche du secteur immobilier, il existe de nombreux postes que peut occuper un gestionnaire de copropriété tant que cela entre dans le cadre de ses compétences, bien entendu.

Gestionnaire de copropriété, quels risques ?

Sur le plan physique, le métier n’est pas vraiment un métier à risque. Mais sur le plan relationnel, on peut parfois rencontrer des problèmes avec certains copropriétaires.

En effet, même en ayant fait appel aux services d’un gestionnaire, certains d’entre eux ont du mal à suivre le règlement. Un mécontentement et une insatisfaction peut s’en suivre. Heureusement, des lois existent et sont applicables dans le but de gérer au mieux les conflits qui peuvent survenir à n’importe quel moment.

Publicités