Depuis quelques temps, les logements modernes font des frais auprès des agences car ils se vendent très bien. Et cette notoriété est due à la présence également d’ascenseurs. Ces engins à déplacement vertical présentent des avantages indéniables dans la vie du quotidien.

Une raison pour laquelle certaines personnes se ruent particulièrement vers ce type de logement. Cependant, la présence d’un ascenseur n’est pas toujours une mince affaire. Dans n’importe quel cas, qui serait alors en charge de la panne ? Une question qui revient sans cesse en connaissant pertinemment les frais engendrés par un ascenseur.

A qui reviennent les charges ?

architecture-1209486_1280

Un ascenseur est difficile à entretenir. Ce qui est parfaitement logique étant donné que l’installation d’un ascenseur revient toujours très onéreuse. Surtout si on utilise des pièces de très bonne qualité. Pour des raisons diverses, un ascenseur peut tomber en panne à n’importe quel moment.

Alors à qui reviennent les charges ? Si vous êtes propriétaire de l’appartement, tous les frais relatifs à la panne sont entièrement à votre charge. Par contre, si vous êtes locataires, vous participerez à l’entretien de base de l’ascenseur. Vous êtes alors concernés par toutes les interventions mineures, dans sa généralité.

Par contre il est à noter que le propriétaire bailleur prendra en charge les frais liés au changement de portes de l’ascenseur et la pose de serrure de sécurité. Il se peut que vous habitiez au rez-de-chaussée. Il est parfaitement clair que vous n’allez pas utiliser l’ascenseur. Dans ce cas, les frais seront à la charge de votre propriétaire.

Par contre, vous allez participer au frais si vous descendez au sous-sol ou que vous allez visiter des voisins qui habitent au 5ème étage par exemple.

L’obligation par rapport à l’entretien d’un ascenseur

Un ascenseur peut être présent dans un immeuble tout comme dans une maison personnelle à étages. Mais le cas le plus courant est l’immeuble à plusieurs étages. Étant donné la complexité de la constitution d’un ascenseur, son entretien est une obligation.

Alors logiquement, dans le cas d’une location, vous n’allez pas directement faire un entretien en jouant les techniciens.  En tant que locataire, il y a une participation sur les frais d’entretien. D’ailleurs c’est une obligation régie par la loi, même si vous habitez au premier étage. On recense diverses interventions sont effectuées dans le but de garder une sécurité optimale.

Elles sont aussi indispensables pour vérifier le bon fonctionnement de l’ensemble du système. Il arrive toutefois que le syndic ait veillé à ce que tout soit en règle et qu’aucun problème ne se présente. Pourtant cela n’empêchera les pannes occasionnelles.

Car l’ascenseur est comme n’importe quelle machine et peut présenter une défaillance à tout moment. Dans ce cas, il est alors conseillé de signer un contrat de maintenance avec un professionnel. Ce contrat va permettre à vous et les autres propriétaires de faire appel à ce seul professionnel pour faire des entretiens réguliers.

Quand effectuer le contrôle ?

chains-919058_1280

Comme il a été dit, le syndic va choisir un professionnel pour effectuer des contrôles. Un contrat sera signé entre les personnes concernées et des vérifications régulières seront effectuées. Selon la loi, la fréquence de vérification est d’une fois au moins toutes les six semaines.

Le professionnel certifié est appelé ascensoriste. Dans le contrôle, il va vérifier les boutons de commandes, l’éclairage, les voyants lumineux, l’automatisme de la porte et d’autres éléments. Si des problèmes graves sont détectés, il va procéder immédiatement à une réparation. Et dans certains cas, il va même changer les pièces si besoin.

Combien coûtent l’entretien et la panne ?

Pour le choix d’un ascenseur à Paris, il y a des prix de référence sur le marché. Pour un immeuble à 6 étages à cabine pouvant contenir quatre personnes, le tarif est en moyenne de 2 500 euros pour l’entretien. Le prix affiché sera alors réparti entre les copropriétaires mais en se basant sur la surface occupée pour chacun. En faisant le calcul, les frais peuvent représenter 12 % des charges de copropriétés.

Pour ce qui est de la panne, la facturation peut afficher des prix divers. Cela variera en fonction des problèmes et des pièces de rechanges si besoin est de les changer dans l’immédiat. Dans les situations les plus critiques, il arrive même que l’ascenseur ne soit pas fonctionnel durant un certain temps.

Avec une durée de panne de plus d’un mois, les frais d’entretien ne seront pas pour autant en suspens sauf si on décide de ne plus utiliser l’ascenseur pour des raisons de sécurité.

Toujours passer par un professionnel

Un professionnel dans la maintenance d’un ascenseur est un ascensoriste. Ce prestataire pour un entretien régulier doit être un professionnel certifié. Dans le cas contraire, les vérifications seront mal faites et l’ascenseur peut alors représenter un danger potentiel.

Dans le choix du prestataire, la décision revient à l’assemblée générale des prestataires. Une fois le choix effectué, on peut alors passer par la signature du contrat. La soustraction à une assurance professionnelle sera obligatoire qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’un artisan professionnel. Des conditions seront établies dans le contrat et aussi bien le professionnel que le syndic sera obligé de les respecter.

Un entretien sera effectué tous les six semaines. C’est un minimum à respecter. Par contre il devra notifier son passage à chaque entretien. On aura toujours de nombreux prestataires sur le marché. Le mieux pour trouver le bon filon c’est de passer par des devis. Comme d’habitude, il faut faire jouer la concurrence car le but est ici d’avoir une bonne qualité du service pour un prix très attractif. Le tarif proposé est toujours annuel.

Vous aurez à faire à deux types de professionnels : l’artisan et l’entreprise. Autant l’une que l’autre avance des points attirants tout comme ils peuvent vous laisser rétractifs. Une idée qui fait toujours des vagues aussi est de s’appuyer sur la notoriété et le bouche à oreilles pour connaître la qualité des services proposés par le prestataire.

Le contrat signé avec le prestataire

transport-176200_1280

L’intervention d’un professionnel requiert toujours des compétences avancées dans le domaine. Il faut que le spécialiste maitrise son travail et qu’il soit certifié. Cela prouve qu’il est en mesure d’effectuer son travail dans le secteur professionnel.

Et dans ce secteur, un contrat est obligatoire et sera signé entre les parties concernées. Il faut que le contrat dure un an minimum. Il se peut que le prestataire vous propose un contrat préétabli. Vous êtes libres d’accepter le contrat mais il faut vérifier que les clauses soient complètes.

Dans le contrat seront mentionnés les différents types d’entretien. On y mentionne également les engagements du prestataire. Dans le même contrat devront être affichés la description et les références de l’ascenseur. Cela va permettre de faire des entretiens plus faciles en connaissant à l’avance les pièces s’accommodant avec l’ascenseur. Le carnet d’entretien sera actualisé et les pièces seront remplacées à des délais variables.

D’autres tarifs seront applicables par rapport aux autres entretiens. Il se peut également que lors d’une panne, le prestataire est obligé de passer par d’autres services qui seront logiquement aux frais du propriétaire ou du syndic. Même avec un contrat de base, le prestataire sera toujours obligé de faire des vérifications toutes les six semaines. Une obligation à suivre même après une panne.

Publicités