Toulouse, la capitale historique du Languedoc, possède tous les atouts pour voir la vie en rose. Elle est caractérisée par un prestigieux patrimoine architectural dont les célèbres ponts de la Garonne, l’Amphithéâtre de Purpan-Ancely, etc. La ville et toute la région sont aussi renommées pour leur gastronomie à « teneur garantie en saveurs », saucisses, cassoulet, sans oublier la fameuse confiserie locale « violette ».  Avec le sacro-saint « Stade Toulousain », un art de vivre séduisant y est aussi observé. En effet,  les jours de matchs, c’est toute une ville qui vit le rugby.  Toulouse figure parmi les villes préférées des Français.

La ville de Toulouse est favorisée aussi par sa situation géographique. Elle se trouve  à une heure et demie de la mer et de la montagne. Les températures y sont clémentes tout au long de l’année. Grâce à cette position idyllique, la ville rose et son agglomération attire de plus en plus de nouveaux habitants chaque année.

Airbus et EADS font de la ville rose la capitale européenne de l’aéronautique et de la conquête spatiale. Elle est aussi la deuxième ville universitaire de province après Lyon. Toulouse constitue donc un pôle économique et scientifique important. Elle présente une démographie à la hausse et de ce fait,  attire de nombreux investisseurs potentiels. Toulouse constitue un marché immobilier très important et de plus en plus de français sont décidés d’investir à Toulouse.

Pour investir dans une ville,  son dynamisme économique et démographique, ainsi  que ses perspectives de développement sont des facteurs déterminants.  Mais pour un projet réussi, il ne faut pas s’arrêter à ce stade. Il  est aussi important de procéder à un choix judicieux des quartiers en fonction des objectifs.

En ce qui concerne le dynamisme de l’emploi, Toulouse se trouve en première position. Elle occupe également le deuxième rang  en termes de transports publics. La compagnie Toulousaine de transport urbain est en train de finaliser la troisième ligne de métro de la ville et le projet de mise en place d’un téléphérique passant par l’Oncopole et l’université Paul-Sabatier est en cours d’études.

Comme toute grande métropole, la ville de Toulouse est découpée en plusieurs zones. Au niveau de celles-ci, de nombreux quartiers sont regroupés. Avant d’investir, une identification des secteurs favorables au marché de l’immobilier est primordiale. Il existe des quartiers plus appréciés que d’autres à Toulouse.

Pour acquérir une résidence principale ou pour réaliser un placement rentable, le quartier résidentiel qui se trouve le long du Jardin des Plantes est favorisé par sa situation, par rapport au centre et son environnement calme. Il est également avantagé par le tramway et par l’existence de nombreux commerces.

Les meilleurs quartiers toulousains propices à l’investissement

  • Le centre-ville : De nombreux lieux de rassemblement, des sites touristiques et des commerces sont regroupés dans le centre-ville considéré comme le cœur historique de la ville rose. L’animation constante des rues et la qualité des infrastructures urbaines constituent le côté attractif de ce secteur. Plusieurs des quartiers de ce charmant lieu attirent particulièrement les investisseurs. Ce sont : le  centre historique et les Carmes, le quartier de Saint-Étienne et autour du Capitole. Dans le centre, les quartiers Jean-Jaurès, les chalets, Esquirol, les Quais, le bord de la Garonne, l’île de Tounis sont eux aussi très recherchés.
  • L’essor de Saint-Cyprien : Cet ancien quartier populaire localisé au sud du centre-ville mérite bien son nom.  Il est actuellement en pleine mutation. Il est désormais desservi par le tramway et le métro. Il est aussi situé à quinze minutes de l’aéroport Toulouse-Blagnac. Ce nouveau quartier résidentiel intéresse les personnes qui travaillent dans le domaine de l’aéronautique. De gros projets urbains, dont l’éco quartier de la Cartoucherie,  qui étaient réalisés dans l’objectif de  favoriser le  dynamisme du marché de l’immobilier, y ont été inaugurés récemment.
  • Le quartier de Saint-Michel/Le Busca : Saint Michel constitue un prolongement du centre-ville et est bien desservi par les transports en commun. Le Busca et Saint-Ange sont des quartiers résidentiels et comportent de nombreux pavillons qui contribuent à l’extension du nouveau quartier Niel.
  • Faubourg Bonnefoy/Roseraie : ce quartier, comportant plusieurs facilités et services, séduit une large clientèle d’acquéreurs et d’investisseurs. Il va très bientôt jouir de la mise en service d’une station de métro. Ceci fait partie de la ligne de métro qui va parcourir la ville de Toulouse d’Est en Ouest. Le quartier est avantagé par l’existence de plusieurs écoles, d’un lycée et de nombreux services, ainsi que des commerces de proximité.
  • Le quartier Jean-Chaubet : Il est caractérisé par un  environnement résidentiel calme et sa proximité avec le centre de la ville rose. Il se particularise également par sa situation entre la ville et la campagne. En effet, il est compris entre les quartiers de Côte Pavée et Jolimont du côté de la ville et de Balma du côté de la campagne. On note aussi l’existence d’une piste cyclable qui longe la ville de Toulouse, en passant par les jardins de l’Hers et le Parc de la Grande Plaine, près de la Cité de l’Espace. Cette piste va faire le bonheur des amoureux de la petite reine.
  • Guilheméry : Ce quartier intéresse ceux qui veulent investir dans le centre-ville tout en convoitant un environnement calme. Il présente les mêmes avantages que le quartier Jean Chaubet et  figure sur la liste des quartiers  les plus recherchés pour son calme.
  • Le quartier de Rangueil : Il comporte deux faces biens distinctes. D’une part, on observe un cadre résidentiel parsemé d’espaces verts, dont la très connue colline de Pech-David qui offre aux promeneurs une vue imprenable sur Toulouse.  Et d’autre part, on constate une hyperactivité scientifique. Ainsi, on y trouve les principales écoles d’ingénieurs de la région, le CNES et le CNRS, l’université Paul Sabatier,  les facultés de médecine et de pharmacie et  le CHU Rangueil.
  • Le quartier Les Minimes/Barriere de Paris : il est localisé au nord de Toulouse.  Depuis l’entrée en service du métro en 2007, le cœur de la ville rose est à quelques minutes seulement. Avec l’existence  des écoles de quartier et le lycée,  c’est un secteur préféré des familles. Barriere de Paris se trouve  à 10 minutes des pôles d’emplois de l’ouest, comme Blagnac, le CHU de Purpan…. Ce quartier possède tous les avantages pour un  investissement  locatif.

Les villes périphériques de Toulouse offrent aussi de grandes opportunités sur le plan immobilier. Les localités comme Balma, L’union, Saint-Jean, Quint-Fonsegrives, Saint-Orens, Blagnac sont accessibles par les transports en commun. De plus, elles sont situées proches des pôles d’emploi qui attirent annuellement  de nouveaux locataires.

Investir dans de la vieille pierre

La ville de Toulouse est très attractive en matière d’investissement patrimonial. Vu le nombre toujours croissant de nouveaux habitants qui arrivent dans la ville, le marché de l’immobilier, suivant la loi de l’offre et de la demande, est logiquement sujet à une très forte demande. Cela concerne en premier lieu le neuf mais ne constitue en aucun cas un blocage pour ceux qui veulent investir dans les vieilles pierres.

Les investisseurs reconnaissent que c’est un peu plus onéreux, comparé aux autres villes environnantes. Mais malgré le fait que la rentabilité soit affaiblie par l’augmentation des prix de vente, ce genre d’investissement est garanti par des loyers en perpétuel accroissement, ou à la limite stables.

Les investissements locatifs qui nécessitent des travaux de réparation ou d’amélioration sont frappés par le déficit foncier. Le propriétaire bailleur peut toujours défalquer de ses revenus locatifs les dépenses y afférentes. Il faut savoir que la réduction d’impôt peut être calculée en fonction de la tranche marginale d’imposition ou TMI.

Dans tous les cas, on peut dire, sans aucune hésitation, que le propriétaire bailleur sort toujours gagnant.

Depuis plusieurs années déjà, la quatrième ville de France : Toulouse, reste toujours la préférée des investisseurs immobiliers. Ceci, grâce à son dynamisme économique et démographique qui constitue le principal moteur du marché locatif. A titre d’information, sachez que 65% des habitants de la ville rose sont locataires de leur logement.

Des spécialistes de l’immobilier à l’appui

Ce développement du marché immobilier est prouvé par la prolifération de nombreux promoteurs immobiliers dans la ville et la région. Parmi ces professionnels, on peut signaler le promoteur Sporting qui est un spécialiste dans les domaines de l’immobilier résidentiel, du lotissement, et de l’aménagement urbain. En 20 ans d’existence, il a construit plus de 6 000 logements destinés à l’investissement locatif et à l’accession à la propriété. Ce promoteur est soucieux de la qualité de ses produits. Il est toujours à l’écoute des moindres désirs des clients et, en même temps, il est sensible à leur bien-être.

Ainsi, il a décidé d’apporter un soin particulier au fonctionnement de ses résidences et à la qualité d’usage de ses logements. Sur ses différents sites, de nombreux œuvres d’art et des infrastructures sportives sont érigés de manière à offrir aux usagers de véritables lieux de vie où convivialité, bonne humeur et fraternité sont les maitres mots. Son périmètre d’intervention s’étend sur ce chef-lieu de préfecture de Haute-Garonne et les communes de première et deuxième couronne environnantes. Il offre ses services et son expérience autour des valeurs de professionnalisme d’écoute et de transparence.

L’immobilier toulousainà l’image de ce qui se passe dans toutes les grandes métropoles françaises comme Bordeaux, Lyon ou Nantes, affiche aussi des résultats en forte progression. Au cours du dernier trimestre, les prix des logements anciens,  dans tous les quartiers de la ville, ont connu une hausse de 2,9 %. Cette hausse a atteint les  3,5 % dans l’année.

L’observatoire de la FPI c’est quoi ?

Depuis l’année 2009, la Fédération des Promoteurs Immobiliers, la FPI, la plus importante organisation professionnelle qui regroupe les promoteurs immobiliers du secteur privé, a élaboré un outil qui répond aux besoins des professionnels en la matière. Cet outil va permettre l’observation et le suivi des fluctuations sur le marché de l’immobilier dans tout le territoire français. Effectivement, celui-ci va permettre d’assurer le suivi de la conjoncture du marché des logements neufs au niveau national. C’est l’observatoire de la FPI.

Il est créé par des professionnels pour des professionnels de l’immobilier. Il a déjà acquis le grand avantage d’être reconnu par  l’Administration publique. L’observatoire a permis, depuis sa mise en service, de rassembler des informations relatives à plus d’un demi-million de transactions.

La structure effectue des enquêtes et publie trimestriellement des bulletins d’analyses de marché et de tendances. La plupart de ces analyses sont réservées aux membres, en vue de leur permettre de mieux orienter leur développement et servir aussi d’outil qui va les aider dans les prises de décisions. Cependant, étant donné que l’observatoire  agrège les données issues de tous les producteurs de logements collectifs et individuels sur les territoires observés, ce champ d’observation va au-delà du cadre des adhérents.

Le prix de l’immobilier à Toulouse

Le centre-ville reste encore et toujours le secteur le plus coté de la ville. Le mètre carré se vend en moyenne à 4 000 euros pour les immeubles du début du vingtième siècle. Pour les habitations des années soixante, le mètre carré est cédé entre 2 700 et 3 000 euros. En ce qui concerne l’immobilier neuf, pour un mètre carré d’espace, il faut débourser entre 3 500 et 4 000 euros. Il est intéressant de savoir qu’aujourd’hui, la stabilité est de mise dans l’hyper-centre toulousain. Effectivement, les prix ne baissent pas mais ne connaissent pas  pour autant une augmentation.

Dans l’hyper-centre de Toulouse, une maison de ville de style 20ème siècle, avec une surface habitable de 130m² et 400m² de terrain  se vend en moyenne pour 500 000 euros. Selon les quartiers, il est aussi possible de négocier une maison pour des prix variables. Ainsi, dans le quartier de Saint-Ange, un pavillon est  proposé à moins de 350 000 euros. Dans le quartier de Borderouge, une maison de 140 mètres carrés environ se négocie entre 380 000 et 400 000 euros.

Également connue sous le nom de « la ville rose », Toulouse est la plus attractive ville de France. Son patrimoine historique très riche, participe grandement à sa popularité de. De par sa beauté, son architecture est particulièrement réputée.

Actuellement, de plus en plus de gens veulent passer leur vie à Toulouse et devenir Toulousains. Ce désir vient du fait que la capitale historique du Languedoc ne manque pas d’atouts car en plus de sa beauté, cette grande métropole constitue aussi un marché immobilier très important qui attire tous ceux qui désirent investir dans ce domaine.

Vous pouvez aussi consulter nos deux derniers articles sur  » Tout savoir sur la loi Pinel » et  » Comment choisir au mieux son assurance habitation « .

Publicités